04 avri

Annoncer des pertes de données, un cauchemar pour les décideurs IT

Publié le 4/04/2012

EVault publie les résultats d’une étude réalisée sur 3 pays, et 250 décideurs IT (dont 20% de français) sur la question de la sécurité des données, leur sauvegarde et leur restauration.

Selon cette étude, plus de la moitié des entreprises conservent les données nécessaires à la mise en place d’un plan de reprise d’activité au sein même de leurs locaux.C’est notamment le cas en France, où 64% des répondants ont admis héberger leurs systèmes de sauvegarde et restauration en interne contre 51% au Royaume-Uni et 47% aux Etats-Unis. En revanche si seuls 34% des entreprises utilisent un système de sauvegarde et restauration distant, 81% de ces mêmes entreprises envisagent l’hébergement distant de leurs données à des fins de plan de reprise d’activité contre 79% aux Etats-Unis et 67% au Royaume-Uni.

L’étude montre également que les français sont les plus attachés à leurs données puisqu’ils sont une majorité (76%) à estimer que la moitié de leurs données sont critiques (contre 68% aux US et 60% au Royaume-Uni).

La consumérisation de l’IT, une menace pour la protection des données ?

Alors que seulement 5% des répondants déclarent qu’aucun employé de l’organisation n’est en possession de données appartenant à la société sur ses équipements mobiles, en moyenne un cinquième des employés (22%) emmènent des données de l’entreprise sur leurs terminaux mobiles.

Pour autant les entreprises protègent insuffisamment les données hébergées sur terminaux mobiles : elles ne sont que 56% à avoir pris en compte ces données dans le cadre de leur plan de reprise d’activité. 40% ne protègent tout simplement pas ces données d’une éventuelle perte, et 5% estiment que la restauration des données perdues relève de la responsabilité de leur prestataire de service.

En France, seuls 19% des répondants déclarent n’avoir pas pris en compte ces données dans le cadre d’un plan de reprise d’activité contre 20% au Royaume-Uni et 25% aux Etats-Unis.

Les entreprises françaises légèrement en retard sur la question de la protection des données en mode Cloud

Alors que 53%, soit la majorité des répondants, expliquent avoir fait le choix d’une approche hybride ou cloud pour leur plan de reprise d’activité, ils ne sont que 48% au Royaume-Uni et 46% en France à avoir effectué un choix similaire.

Les pertes de données en chiffres

Parmi les répondants, plus d’un quart des organisations ont eu à déplorer une perte de données pendant les 12 derniers mois et pour 70% d’entre elles, ces pertes ont eu lieu à plusieurs occasions.

Si 30% des entreprises et organisations françaises et anglaises interrogées ont déclaré avoir perdu des données, elles ne sont que 21% aux US à avoir fait un constat similaire.

Amusant

L’étude démontre que les responsables systèmes français assument mieux l’éventualité d’annoncer à leur hiérarchie une perte irrécupérable des données : parmi les répondants, 52% sont prêts à assumer ce fait, tandis que 38% préféreraient interpréter en solo la chanson « Poker Face » de Lady Gaga à l’occasion de la fête annuelle organisée par leur entreprise. 10% d’entre eux seulement préféreraient se faire arracher une dent sans anesthésie. Pour les anglais et les américains, leur préférence va nettement au solo de Lady Gaga (53% et 47% respectivement).

Partager cet article :

Vous souhaitez reproduire cet article ?