Gearbest  promotion


18 févr

Derrière WebOS de Palm se cache aussi Linux

Publié le 18/02/2009

Ils n’ont d’yeux que pour lui : WebOS de Palm fait bonne impression. Inventif et innovant, le nouveau système d’exploitation mobile est l’objet de toutes les convoitises à Barcelone. Sous son capot, on en oublierait presque que sans le noyau Linux, il n’est pas grand chose.

Pour jouer dans la cour d’Apple, on peut faire confiance à des anciens salariés de Cupertino. Ainsi, en embauchant Jon Rubinstein, ancien concepteur de matériel chez Apple, on utilise les recettes qui marchent et qui font mouche. Palm en avait besoin.

C’est est donc terminé pour ce bon vieux PalmOS, avec lequel Access se débrouillera. Le CEO de Palm ne voit que deux solutions d’avenir pour sa marque, Web OS et Windows Mobile. Access Linux Platform est à la corbeille : on ne regrettra, sans doute, que sa promesse de rétro-compatibilité avec les - de plus en plus obsolètes - applications Palm. Que de temps perdu.

WebOS a fait forte impression en dévoilant tout simplement de nouvelles fonctions comme son affolant calendrier intelligent.

Fluide, inventif, intégré à son époque, le système d’exploitation suscite l’intérêt, tout comme l’iPhone en son temps. Son interface est bien pensée, humanisée, véloce et... simple.

L’OS Mobile maison de Palm n’est rien d’autre qu’un noyau Linux autour duquel se greffent une interface graphique épurée et des technologies web comme XHTML, CSS, Flash.

S’il est un "Linux" qui aura marqué ce début d’année, c’est bien celui-là, que Palm tente d’ailleurs de faire oublier derrière une nom de système d’exploitation génial, où tout est dit : "WebOS". A quoi bon montrer ses entrailles quand la "plastique" suffit à éblouir le public ?

Lien : www.palm.com/fr

Partager cet article :

Vous souhaitez reproduire cet article ?