TOOLinux

Le journal du Libre

87% du cybercrime en France dû à... des hackers français

mardi 19 mai 2015

ThreatMetrix révèle cette semaine les résultats de son rapport de sécurité « ThreatMetrix Cybercrime Report » pour le premier trimestre 2015, désignant l’Europe comme la « nouvelle scène de la cybercriminalité internationale ».

En rupture par rapport aux tendances dominantes où la grande majorité des cyberattaques avaient pour source la Russie, l’Asie ou l’Afrique, ce phénomène semble se généraliser à toute l’Europe : 72% des actes cybercriminels au Royaume-Uni proviennent d’Irlande et d’Angleterre, 81% en Allemagne, près de la moitié (54%) aux Pays-Bas, 94% en Italie et 85% en Russie, ont également été perpétrés à l’intérieur des frontières de ces mêmes pays.

Autre point singulier dans le classement des attaques mondiales : la croissance des réseaux de cybercriminalité en Amérique du sud et notamment l’arrivée du Mexique comme seconde source de cyber attaques visant l’Angleterre ; le Nigéria arrivant à la troisième place suivi de près par l’Allemagne et les Etats-Unis. Du point de vue du e-commerce, la France et l’Italie se situent dans le Top 5 en terme de volume d’attaques contre les entreprises britanniques.

Selon le rapport, les techniques d’usurpation d’identité (spoofing) sont aujourd’hui les menaces les plus courantes. Plus de 11.4 millions de tentatives de transactions frauduleuses ont été identifiées par le Réseau mondial ThreatMetrix au cours de la seule période des fêtes de fin d’année 2014.

Autres enseignements

- Le mobile a progressé comptant pour plus de 30% de toutes les transactions mondiales
- Un plus grand nombre de périphériques Android a été identifié durant cette période. Une tendance qui va continuer à croitre selon ThreatMetrix, comme les marchés émergents profitent de plus en plus de périphériques mobiles à moindre coût.
- Les périphériques iOS ont représenté 2/3 des transactions mobiles.
- Le coût de la cybercriminalité a couté £27 milliards au Royaume-Uni en 2014 et 95% des entreprises britanniques ont subi une violation de sécurité au cours de cette année.
- Selon IMRG, 12% de l’ensemble des transactions à la carte de crédit sur Internet ont été refusées sur la base d’activités supposées suspectes ou frauduleuses.