TOOLinux

Le journal du Libre

"Il faut libérer Android", insiste la FSF. "Nous avons HongMeng OS", prévient Huawei.

jeudi 23 mai 2019

Dans le climat d’incertitude autour de l’avenir du système Android de Google sur les terminaux Huawei, la FSF Europe préconise des mesures à prendre pour rétablir l’équilibre des écosystèmes mobiles. De son côté, Huawei peaufine HongMeng OS, son propre système basé sur Android.

Dans une communication très offensive, la FSF rappelle que Google publie la base du système Android sous licence libre, mais qu’il y intègre des services et des applications propriétaires (Youtube, Gmail, Google Services, Maps).

Depuis 2012, la FSFE dénonce ce couple infernal sur un site web traduit en français : "Libérez votre Android !". Sans les services Google, les utilisateurs n’ont alors qu’une alternative pour conserver l’écosystème Google sur leur terminal mobile : iOS. Un duopole dangereux.

La FSF a publié un communiqué pour avancer ses solutions stratégiques pour l’Union Européenne, à quelques jours des élections.

FSFE : 3 conclusions dans le débat Huawei et Android

La FSFE appelle à fournir un système d’exploitation doté de logiciels libres, ce qui garantirait la distribution (dans la durée) de mises à jour de l’OS et des services, mais permet aussi de se prémunir contre des interventions (manifestes ou dissimulées) des gouvernements.

"Il est possible de le faire", dit la FSFE "en utilisant la version open source d’Android", d’où la campagne "Free Your Android". C’est exactement ce qu’ambitionne la fondation /E/ de Gaël Duval (ex-Mandrake) avec son système d’exploitation libre basé sur Android

Les gouvernements - notamment dans l’UE - devraient investir davantage dans les logiciels libres pour garantir leur indépendance face à de très grandes entreprises ou d’autres États. Le dossier Huawei souligne la fragile dépendance (et le manque d’influence) des pays européens dans le domaine de la technologie face à la Chine et aux États-Unis. "Il en va de la sécurité des infrastructures critiques européennes", appuie la FSF.

La FSFE encourage également les entreprises (et principalement les fabricants de smartphones) à inclure les logiciels libres dans leur chaîne d’approvisionnement pour se libérer des contraintes imposées par les logiciels propriétaires et de l’influence des gouvernements sur de grandes entreprises du numérique. Exemple évident : Google est aujourd’hui forcé à appliquer des lois extra-territoriales décidées par le gouvernement américain face à une entreprise étrangère comme Huawei.



HongMeng OS : la réplique de Huawei

Huawei se prépare depuis de nombreuses années à cette guerre commerciale. Le constructeur l’avait laissé entendre, il peut à présenter activer le "plan b" si les relations se détériorent dans les 3 mois à venir, grâce à son système d’exploitation HongMeng OS. Son développement pourrait s’accélérer : "une question de mois à peine", prévient le 2e constructeur mondial dans les colonnes du Global Times.

Ce qu’on en sait ? Huawei l’a développé (comme nombre d’autres OS chinois) sur la base ASOP d’Android. Il est donc compatible nativement avec les applications Android, qu’il faut alors "simplement" distribuer autrement, sans le concours des services Google. Une méthode évidente et populaire en Chine, mais qu’il faudra imposer sur son principal autre marché, l’Europe.

Liens et informations

- Free Your Android (Libérez votre Android)
- Fondation /e/
- Le communiqué complet de la FSFE (en anglais)

Cédric Godart


Amazon Business offre de nouvelles fonctionnalités adaptées aux professionnels telles que l’affichage des prix hors TVA, le paiement sur facture à 30 jours et des outils de gestion des dépenses, combinées aux prix attractifs. Amazon Business apporte la solution en proposant des avantages considérables aux entreprises de toutes tailles. Vous pouvez tester gratuitement 30 jours.