TOOLinux

Le journal du Libre

Asterisk SCF, la plateforme de communication open source ultime ?

mardi 2 novembre 2010

<p
style="text-align: justify;">Usuellement, on trouve ce type de matériel dans les entreprises depuis maintenant plusieurs décennies, depuis que le téléphone est devenu un outil de travail indispensable au même titre que l’ordinateur.

<p
style="text-align: justify;">L’évolution de ces matériels les a poussés à devenir de véritables serveurs de communication motorisés par des logiciels exploitant des <a
href="http://fr.wikipedia.org/wiki/Syst%C3%A8me_d%27exploitation_temps_r%C3%A9el">systèmes d’exploitation temps réel basés sur BSD entre autres.

<p
style="text-align: justify;">Cette évolution et l’apparition des technologies de <a
href="http://fr.wikipedia.org/wiki/Voix_sur_r%C3%A9seau_IP">voix sur IP a provoqué l’émergence de nouveau type de PABX que l’on appelle aussi PABX-IP ou <a
href="http://fr.wikipedia.org/wiki/IPBX">IPBX. IP, car ils sont désormais connectés au réseau local de l’entreprise sur lequel va circuler la voix et donc les communications téléphoniques en utilisant le même protocole que les données : TCP-IP.

<p
style="text-align: justify;">Dans le monde du logiciel open source, <a
href="http://www.asterisk.org">Asterisk permet de piloter la téléphonie d’une entreprise. Cela passe par son intégration au sein d’un boitier éventuellement doté de cartes permettant le raccordement de postes de téléphones analogiques ou numériques et de cartes de connexion au réseau d’un opérateur de téléphonie. Il est important de noter qu’Asterisk nécessite un système d’exploitation pour fonctionner. Il existe cependant, une version disponible sous la forme d’un image ISO permettant d’installer une configuration complète : OS GNU/Linux + Asterisk : AsterixkNOW.

<p
style="text-align: justify;">Si l’on peut faire un PABX classique, il bien évidement possible de mettre en oeuvre les fonctionnalités de voix sur IP d’Asterisk. Le protocole ouvert <a
href="http://fr.wikipedia.org/wiki/Session_Initiation_Protocol">SIP (Session Initiation Protocol) est alors utilisé. Il est possible de mixer les deux usages (téléphonie classique et IP) depuis un même serveur et de façon transparente.

<p
style="text-align: justify;"><a
href="http://www.digium.com">Digium la société qui porte le développement d’Asterisk vient d’annoncer le lancement du projet Asterisk SCF (Scalable Communications Framework). Il s’agit de développer un ensemble d’outils open source permettant de mettre en place des solutions de communication distribuée et capable de monter en charger facilement. <a
href="http://www.businesswire.com/news/home/20101028005300/fr">L’annonce précise que “La plate-forme Asterisk SCF supportera, dans le cadre de son architecture de base, la gamme complète de communications IP en temps réel, incluant la vidéo, le son multicanal haut débit et le son ultra haut débit, le chat, le partage de bureaux et d’autres types potentiels de médias du futur”.

Pour terminer et rejoindre <a
title="L’Open core un modèle à éviter ?" rel="nofollow" href="http://philippe.scoffoni.net/open-core-modele-a-eviter/">mon dernier article sur l’open core, la stratégie de Digium en est proche par certains aspects. Cette société propose en effet des logiciels à code source fermé construit sur Asterisk comme <a
href="http://www.digium.com/en/products/switchvox/free-trial.php">Switchvox HOME Edition. Cependant, comme nous en discutions en commentaire, on voit bien ici l’importance de la couverture fonctionnelle du logiciel open source ce qui rend cette notion d’open core difficile à manier. Si je pouvais déconseiller l’usage de logiciel provenant de ce type d’éditeur, je me dois de retourner ma veste dans le cas présent. Les composants open source fournis par Digium sont nombreux et très riches fonctionnellement.

Asterisk dispose d’une communauté d’utilisateurs active que vous pouvez retrouver pour sa branche francophone au travers d’une association Asterisk-France et de <a
href="http://www.asterisk-france.org/content.php">son site.

<p
style="text-align: justify;">Pour aller plus loin et utiliser Asterisk, je vous renvoie également vers <a
href="http://artisan.karma-lab.net/node/1765">cet excellent tutoriel qui m’a fait découvrir avec étonnement qu’installer Asterisk n’était pas si compliqué qu’il n’y parait. A tel point que l’on peut presque envisager de déployer sa propre plate-forme de téléphonie IP domestique.

Philippe SCOFFONI