TOOLinux

Le journal du Libre

Caliopen : lettre ouverte autour de l’intéropérabilité des plateformes

mardi 3 décembre 2019

L’une des idées fortes du projet Caliopen est la défense de la notion d’interopérabilité des plateformes, tant auprès des institutions que du monde associatif. Dans une lettre ouverte, Laurent Chemla s’explique sur le sujet.

Quelques nouvelles du front (et du back)

Si, à ce jour il nous est impossible de relier un compte Messenger (Facebook), par exemple, à votre timeline Caliopen, l’intéropérabilité des plateformes, rendue légalement obligatoire, nous ouvrirait cette possibilité - et bien d’autres - et donnerait toute sa dimension au projet tout entier.

Ces dernières semaines, cette idée semble enfin reprise par les plus hauts responsables. Lors de la table-ronde organisée par « Digital New Deal » à Paris le 15 octobre dernier, S. Soriano (président de l’ARCEP) a ainsi pris la défense d’une "Neutralité des API" qui obligerait les géants à ouvrir aux utilisateurs l’accès à leurs données, y compris depuis un service tiers, et en temps réel. Il se pourrait d’ailleurs que le ministre lui-même décide de porter cette idée au niveau européen, alors que le Sénat porte déjà une Proposition de Loi qui va dans ce sens.

Loin du très inutile « droit à la portabilité » ouvert par le RGPD (qui, en théorie, permet à l’utilisateur d’exporter ses données mais qui, en pratique, ne sert presque à rien), l’ouverture des API - sous réserve de l’accord de l’utilisateur - aux services tiers permettra à ceux qui le souhaitent de quitter les GAFAM sans pour autant perdre le contact avec ceux de leurs proches qui choisiront d’y rester.

Encore faut-il que naissent ces fameux "services tiers", et pour que Caliopen soit prêt à en être nous recherchons encore (et toujours) un partenaire capable de nous aider, par exemple, à déposer un dossier de subvention Horizon 2020 auprès de l’UE : certains des programmes de ces subventions, tel que « Digital Security and privacy for citizens and Small and Medium Enterprises and Micro Enterprises » semblent être taillés sur-mesure pour Caliopen, mais nécessitent des compétences administratives et des contacts à l’étranger qui nous font largement défaut.

Aussi, si vous connaissez des structures potentiellement intéressées par un projet tel que Caliopen, et qui seraient en capacité de nous aider à être prêts à saisir cette future opportunité, n’hésitez pas à nous contacter.

- Laurent Chemla