TOOLinux

Le journal du Libre

Creation de la FFII France à l’occasion de Solutions Linux 2006

lundi 30 janvier 2006

« Dans le grand combat qui fut mené par le Parlement européen en 2005,
et dont j’étais rapporteur, contre la brevetabilité des logiciels c’est
à dire contre la monopolisation économique des produits de la pensée
humaine, j’ai réussi à obtenir un soutien considérable de la FFII.
Aussi c’est avec une vraie satisfaction que j’assiste à la naissance de
sa branche française. Je veux souhaiter longue vie et bonne chance à
cet outil nouveau de la démocratie électronique. »

C’est par ces mots que Michel Rocard, figure politique emblématique de
la lutte contre les brevets logiciels, a accueilli l’annonce de la
création de la FFII France.

L’Association pour une infrastructure informationnelle libre (FFII)
s’était illustrée au niveau européen en coordonnant la résistance
contre la directive sur les brevets logiciels, rejetée le 6 juillet
dernier par la quasi-unanimité du Parlement européen.

Gérald Sédrati-Dinet, président de la FFII France et vice-président de
la FFII précise : « Après le rejet de la directive sur les brevets
logiciels, il nous a paru nécessaire de mieux organiser nos actions au
niveau national. Je suis heureux que la FFII France voit le jour afin
de renforcer nos actions pour défendre les droits et libertés
informationnels essentiels tant pour la liberté de circulation des
idées que sur les plans économique et géostratégique. »

La FFII France compte ainsi inscrire ses actions dans la continuité du
combat contre les brevets logiciels. Elle entend poursuivre son travail
de sensibilisation pour que les offices de brevets nationaux et
européen ne soient plus laissés hors de tout contrôle démocratique.
Elle continuera également à insister pour que la Convention de Munich
sur le brevet européen soit dûment respectée en ce qui concerne
l’exclusion des programmes d’ordinateur.

Gérald Sédrati-Dinet poursuit : « Ce renforcement en France vient à
point nommé, puisque la Commission européenne vient de lancer une
consultation à propos du Brevet communautaire. Les lobbies pro-brevets
logiciels y voient déjà une opportunité de faire passer subrepticement
par la voie réglementaire ce qui vient d’être repoussé par la voie
législative. Nous comptons solliciter les PME qui nous soutiennent,
afin qu’elles répondent à cette consultation et fassent entendre la
voix de ceux qui constituent le véritable tissu économique de
l’informatique française. »

La FFII France sera présente à partir du 31 janvier 2006 au salon
Solutions GNU/Linux au CNIT La Défense, au sein du « Village des
associations ». Elle y rencontrera ses sympathisants — particuliers et
professionnels — et recevra la visite mercredi 2 février du président
de la FFII, Pieter Hintjens.

- Devenir adhérent : www.ffii.fr