TOOLinux

Le journal du Libre

EDOS, de la recherche et du développement libre en Europe

mardi 21 décembre 2004

A l’origine du projet EDOS, on trouve un consortium d’institutions de recherche renommées et d’entreprises du logiciel libre, dont fait partie MandrakeSoft.
Son objectif : le développement d’outils de développement et de gestion de projets libres et opensource.

Son constat : "les projets informatiques ont atteint des niveaux inédits de complexité. Un système Linux récent, par exemple, est composé de plusieurs milliers de modules logiciels. Cette complexité rend l’assemblage de tels systèmes extrêmement difficile, et les cycles de développement très courts du monde des logiciels libres imposent de répéter cette tâche fréquemment. Ceci est valable non seulement pour Linux, mais aussi pour tout projet informatique de grande taille".

"Les membres du consortium s’intéressent plus spécifiquement au problème tel qu’il apparaît dans le cadre du développement de logiciels libres. La croissance qu’ils connaissent aggrave rapidement les problèmes de complexité. Ceux-ci ne sont pas insolubles pour autant : les processus d’assemblage et de test ne sont encore que partiellement automatisés, ce qui laisse entrevoir de nombreuses améliorations possibles. Les membres d’EDOS (Environnement pour le Développement et la distribution de logiciels Open Source) développent actuellement des moyens novateurs pour gérer les problèmes de complexité dans le logiciel libre. Le consortium comprend six institutions de recherche, et quatre entreprises du domaine des logiciels et des services (la liste complète des participants est disponible plus bas)".

Deux applications sont notamment prévues. La première s’occupera de l’assemblage : il s’agira d’une application distribuée, de type pair-à-pair, conçue pour simplifier l’intégration des différentes parties logicielles qui composent par exemple un système Linux. Le passage d’un système centralisé à un système distribué permettra d’augmenter fortement l’efficacité du processus. Le problème ne se limite pas à une question d’efficacité : des relations de dépendance excessivement nombreuses et compliquées entre les différents composants émergent systématiquement dans les projets de grande taille, où chaque module dépend de plusieurs autres pour son bon fonctionnement. Les membres d’EDOS mettront à profit les outils théoriques de l’informatique pour trouver des solutions générales à ce problème.

La deuxième application principale d’EDOS est liée quant à elle à la question du test qualité. Il manque aujourd’hui au monde du logiciel libre un système de test qui soit à la fois complètement automatisé et suffisamment généraliste. Le test d’un système Linux, mais aussi de n’importe quelle application importante, est une opération longue, pénible mais essentielle. Le développement d’outils pour rendre le processus de test plus efficace fait aussi partie du programme EDOS. Un cadre applicatif général permettra aux développeurs de tester facilement et systématiquement les logiciels qu’ils créent. La qualité générale des logiciels ne peut qu’en être améliorée.

EDOS recevra un financement européen d’un montant de 2.2 millions d’euros, pour une durée de 22 mois. Les logiciels développés dans le cadre du projet seront mis à disposition du public sous licence Open Source et les résultats théoriques seront publiés dans des revues scientifiques.

Qui sont les participants ?

Institutions de recherche

  • INRIA, France (Coordinateur du projet)
  • Université Paris VII, France
  • Université de Tel-Aviv, Israël
  • University of Geneva, Suisse
  • University of Zürich, Suisse
  • CSP Torino, Italie

    Entreprises

  • Edge-IT, France, une filiale de Mandrakesoft (Project Manager)
  • NUXEO, France
  • NEXEDI, France
  • SOT, Finlande