TOOLinux

Le journal du Libre

Et si l’on sous-estimait la volonté de Microsoft de garantir plus d’interopérabilité ?

lundi 9 juin 2008


Pour l’avocat, "L’interopérabilité reste un sujet crucial pour le numérique, où une très large palette de matériels et logiciels doit être mise en oeuvre aux travers de réseaux caractérisés par leur hétérogénéité." Il rappelle que "Microsoft avait innové en publiant le 21 février 2008, quatre principes d’interopérabilité : garantir l’ouverture et l’accès à ses produits, promouvoir la portabilité des données, améliorer les standards de l’industrie, favoriser les pratiques collaboratives comme le développement de l’interopérabilité avec des solutions de l’open source. "

Il cite l’exemple du support d’OpenDocument : "Le 22 mai 2008, Microsoft a annoncé ajouter à sa suite bureautique Office 2007 leur support à côté de celui de son OpenXML. Cette nouvelle mesure permet également de répondre aux accusations d’agissements anticoncurrentiels portés au début de l’année."

Sa conclusion semble vouloir donner un coup dans l’aile aux idées reçues selon lesquelles Microsoft manipulerait le masque de l’interopérabilité sans s’y convertir vraiment : "Microsoft donne le sentiment d’évoluer en profondeur sans toutefois abandonner son attachement aux droits de propriété intellectuelle lui conférant ainsi une dimension à la fois dynamique et collaborative. "

Un geste fort...

Nous ne demandons qu’à croire et saluer ces initiatives, mais regrettons que les efforts déployés par Microsoft se fassent aujourd’hui uniquement sur le terrain des entreprises ou sous pression des autorité, notamment européennes.

Il serait ainsi judicieux qu’un geste fort soit donné au grand public, pour qu’il y adhère lui aussi. Deux exemples très simples : d’une part, l’ouverture du protocole de MSN de manière à créer des applications interopérables avec la principale messagerie du marché ; d’autre part, l’ouverture inconditionnelle du format Windows Media - audio et vidéo - qui semble être la principale solution d’accès aux loisirs numériques légaux en dehors d’Apple. Quid des services de musique et de vidéo exploitant Windows Media, mais uniquement (légalement) compatibles avec les systèmes Windows...