Toolinux Linto.AI OpenPAAS OBM Hubl.IN Linagora

Eudora est désormais libre au Computer History Museum

dimanche 29 juillet 2018

Ce fut l’un des logiciels de courrier électronique les plus populaires des années 90. Sa dernière version propriétaire entre dans le domaine public, grâce au travail du Computer History Museum et de Qualcomm.

C’est dans les années 80 que Steve Dorner travaille sur un logiciel au "computer center" de l’Université d’Illinois à Urbana-Champaign. C’est là qu’il développe ce qui deviendra l’un des plus importants logiciels e-mail des années qui suivirent, notamment en entreprise.

D’abord propriétaire, il est devenu open source il y a 11 ans en se basant sur les fondations de Thunderbird (Mozilla). Cette nouvelle vie d’Eudora s’est poursuivie (avec un succès mitigé, jusqu’à sa disparition des radars) par le développement de Penelope, une extension à Thunderbird créée par Qualcomm, sous l’égide de la fondation Mozilla. D’abord réservé à macOS et Windows, Eudora a ainsi fini par arriver - tard... - sous Linux.

Désormais, lorsqu’on tape www.eudora.com, on arrive sur la page dédiée au logiciel sur le site du Computer History. Depuis le mois de mai, Eudora est entrée au musée à Moutain View en Californie. En mode open source.

La dernière version (propriétaire) d’Eudora avant la transformation du projet avec Mozilla date de 2006 :

« Je l’utilise encore aujourd’hui. (...) Grâce à Qualcomm, je suis heureux de publier le code d’Eudora pour son intérêt historique. Et je nourris le secret espoir qu’il pourrait ainsi renaître des cendres de son code-source. » Leonard J. Shustek, Computer History Museum. »

Un peu d’histoire

- L’annonce de Computer History