TOOLinux

Le journal du Libre

Flash 10.1, AIR 2.0 : Adobe soigne sa monture

dimanche 13 juin 2010

Flash 10.1 (Windows, Linux, Solaris, Mac OS X, Android) introduit une nouveauté de taille : le support du H.264 via la carte graphique sur les systèmes qui le supportent. Le WebM, lancé par Google au I/O 2010 - suivra.

Un plus grand nombre de puces graphiques sont supportées (NVidia, Intel, ATI) par Flash 10.1 désormais, permettant une exploitation directe de la carte graphique et donc moins d’appels au processeur central de l’ordinateur. Si Linux et Windows peuvent bénéficier directement de la technologie, il faudra encore un peu partienter sur Mac OS X, où seule une version "préliminaire" exploitant les ressources de la carte graphique est disponible pour l’instant. Le Mac dispose déjà d’une avancée bienvenue : le passage à Cocoa.

Une trentaine de failles critiques ont été corrigées. Deux autres nouveautés sont annoncées : Smart Seek et HTTP Dynamic Streaming, pour adapter la lecture au débit de la connexion et garantir une meilleure gestion du cache pour l’avance rapide.

La version 10.1 devait faire la synthèse entre le "desktop" et le "mobile", notamment par l’introduction d’une version bêta pour Android. La mise à jour comprend ainsi une série d’amélioration dans ce sens, notamment pour le mobile (avec l’apparition d’un clavier cirtuel et la prise en charge du multitouch).

AIR 2.0 s’adapte aussi au HTML 5

Dans la foulée, AIR passe également l’arme à une nouvelle version. AIR 2.0 promet d’être moins gourmand en CPU - une rengaine habituelle chez l’éditeur, sous pression notamment depuis les attaques répétées d’Apple contre ses technologies Flash -. On annoncerait une empreinte mémoire de 30 % inférieure.

De nombreuses API font leur apparition, notamment au niveau des couches réseau, du moteur JavaScript et du support de l’inévitable "HTML 5", CSS 3 compris. AIR, tout comme Flash, est diponible pour Linux, le Mac et Windows. Une version Android est promise dans un "avenir proche", notion toujours vague chez l’éditeur.