TOOLinux

Le journal du Libre

Forcer le libre à Bruxelles, c’est tuer la concurrence...

jeudi 27 février 2003

Software Choice est un organisme de représentation basé aux Etats-Unis et disposant de bureaux dans la Capitale de l’Europe. Ces derniers viennent de publier un document qui donne à réfléchir : et si l’adoption de logiciels libres était un frein à la concurrence ?

Ce 21 mars, la COCOF (communauté communautaire francophone de la région de Bruxelles Capitale en Belgique) votera une ordonnance selon laquelle les administrations passeraient au "tout libre" dans les 3 années à venir. Même si la Région ne compte pas plus d’un million d’habitants, sur les 10 millions que l’Etat recense, le "Software Choice" semble prendre le débat très à coeur.

Pour l’organisation, il ne semble pas nécessaire de légiférer pour obliger les administrations à utiliser des logiciels libres sur un marché où solutions libres et propriétaires co-existent et se battent de plus en plus à armes égales, en termes purement technologiques il s’entend. "Software Choice", dont certains liens avec Microsoft ne sont pas à passer sous silence, publie d’ailleurs un communiqué de presse en langue anglaise et au format PDF, réclamant un choix basé sur le mérite plutôt qu’une fermeture, semble-t-il anti-concurrentielle, du marché des solutions logicielles.