TOOLinux

Le journal du Libre

Formats fermés et polémiques : "Aucun produit SonyBMG France ne contient ce type de technologie !"

lundi 21 novembre 2005

Selon Formats-Ouverts.org, "pour verrouiller sa musique, Sony (...) place des DRM sur ses fichiers audio. L’interopérabilité n’est plus de mise. En plus du format fermé de ces DRM, le CD audio installe sous Windows ce rootkit de façon fermée : impossible de savoir ce que le logiciel fait a priori. Enfin, la licence peut sembler à un format assez fermé avec son vocabulaire peu clair, mais qui est acceptée. Les formats fermés en action, pourrait-on dire, le contraire des formats ouverts."

L’occasion également d’évoquer "ces opérations sur votre ordinateur qui voudraient rester plutôt discrètes" dans un article publié ce 15 novembre, qui rappelle que les "textes des licences avec leurs clauses souvent assez fermés ne sont pas une nouveauté, comme dans le cas du Contrat de Licence Utilisateur Final (CLUF) de Microsoft déjà signalé dès septembre 2004 à propos du Service Pack 2 de Windows XP, et de l’acceptation des DRM."

Dans le dossier DRM, SonyBMG France se défend : "SonyBmg US fait l’objet d’importantes critiques de la part de la presse américaine sur la mise en place de systèmes permettant la gestion de la copie privée sur certains CDs commercialisés aux USA et Canada. Le système particulièrement attaqué se nomme XCP technology développé par First4Internet. Sans entrer dans la polémique technique qui ne nous concerne pas directement, nous déplorons que certains media Français aient été les relais d’informations erronées en indiquant que ce problème concernait l’ensemble des produits SonyBmg. La réalité est tout à fait différente." SonyBMG souligne, dans un communiqué, qu’"aucun produit (y compris les albums internationaux) commercialisé par SonyBmg France ne contient ce type de technologie. Nos disques sont fabriqués en Europe spécialement pour le marché Français (par Sono Press en Allemagne et par DADC en Autriche)
Le marché français n’est donc en rien concerné par ce problème purement américain. (...) Cette polémique nous est préjudiciable notamment lorsque que des artistes sont nommément désignés comme c’est le cas de Céline Dion dans la dépêche tombée cette semaine."