TOOLinux

Le journal du Libre

Jusqu’où ira la campagne anti-SCO ?

jeudi 18 septembre 2003

Faut-il maintenir la compatibilité avec l’Unix de SCO, à commencer par le saint des saints compilateurs GNU GCC, par lequel passe à quelques exceptions près tous les développements Unix ? Le débat fait rage actuellement sur bon nombre de fronts, dont le site GNU.org lui-même. Où la tempérance est toutefois de rigueur : "Nous estimons qu’une action anti-SCO mettrait sur la touche les utilisateurs de GCC plutôt que SCO directement. Aussi avons-nous décidé de ne pas prendre de mesure radicale pour l’instant".

Par contre, il n’est plus rare aujourd’hui de citer les projets ne souhaitant plus apporter le moindre support aux utilisateurs SCO. Et certains de nous mettre en garde contre les effets pervers de routines qui pourraient aller jusqu’à détecter l’Unix de Santa Cruz pour.. le faire planter. Consternant, mais vrai, confirme Promote-OpenSource.org.

Encore plus fort : des sociétés iraient jusqu’à menacer de jeter à la corbeille les candidatures et autres curriculum vitae de candidats ayant travaillé pour SCO ces dernières semaines et souhaitant aujourd’hui changer de carrière. C’est le cas de la société Damage Studios qui n’hésite pas à afficher la couleur noir sur blanc : "Any resumes which include the SCO Group after September of 2003 will be immediately deleted" (tout CV incluant SCO Group après septembre 2003 sera immédiatement supprimé).

Si la campagne anti-Linux menée se retourne aujourd’hui contre l’arroseur, force est de douter de l’efficacité, en termes de politique d’évangélisation de Linux, de méthodes aussi radicales d’une part, ou de l’autre.

Merci à Pinguinator pour sa collaboration