TOOLinux

Le journal du Libre

La France assiste-t-elle à une consumérisation de l’IT ?

mardi 12 juillet 2011

Les systèmes d’information d’entreprise semblent aujourd’hui à la croisée des chemins face au pouvoir de transformation de technologies initialement popularisées dans le grand public, et qui ne peuvent tout simplement plus être ignorées dans les environnements professionnels.

Une enquête commandée par CA Technologies et conduite par IDC (Les technologies grand-public transforment l’entreprise... Y êtes-vous préparés ? – Doc #6201, mai 2011) rendue publique aujourd’hui révèle que l’« irruptio » des technologies grand-public au sein des systèmes d’information d’entreprise – un phénomène parfois qualifié de « consumérisation de l’IT » – présente de multiples opportunités (gains de productivité, amélioration des interactions avec les clients, vitesse et agilité opérationnelles, qualité décisionnelle, etc.) mais soulève également des challenges majeurs d’administration et de sécurité.

Le smartphone change la donne

En France, les résultats montrent chez les dirigeants informatiques une utilisation différente des outils de mobilité par rapport au reste du monde :

- 41 % des utilisateurs de smartphones l’utilisent notamment pour leur usage professionnel – contre 54 % dans le reste du monde (les français sont 69 % à posséder un smartphone, contre 80% dans le reste du monde)
- En France seules 12 % des personnes interrogées utilisent une tablette mobile, contre 36 % dans le reste du monde
- L’usage professionnel des tablettes en France n’atteint que 5 %, contre 23 % dans le reste du monde

Un rapport aux medias sociaux différent en France :
- 28 % des personnes interrogées considèrent normal d’utiliser les medias sociaux en France, contre 52 % dans le reste du monde.
- Faible conviction dans la perspective de vente des produits / services sur des boutiques dédiées sur les medias sociaux : 18 % seulement en France pensent que c’est important, contre 48 % pour les autres pays.

Départements IT et métiers doivent collaborer plus étroitement

Toujours selon l’enquête, les tactiques adoptées face à cette rapide modification des attentes des clients et collaborateurs varient d’un décideur à l’autre. Le groupe des « leaders d’opinion » (19 % de l’échantillon total) apparaît particulièrement proactif en prenant les devants par rapport à cette tendance générale. Ce groupe souligne unanimement la nécessité que le département informatique collabore plus étroitement avec les décideurs métier pour intégrer ces technologies grand public à une large gamme de programmes et initiatives – qu’ils soient purement internes ou destinés aux clients.

Ces leaders d’opinion se distinguent d’un groupe d’entreprises plus classiques (dit « mainstream ») dont les membres se décrivent eux-mêmes comme des « suiveurs » ou qui laissent l’initiative aux décideurs métier (sans assistance de l’équipe technique) et qui ne semblent pas encore prêts à exploiter les avantages potentiels de ces technologies de nouvelle génération.

L’enquête suggère que les leaders d’opinion actuels sont susceptibles de mieux rentabiliser les investissements réalisés proactivement pour capitaliser sur le phénomène de « consumérisation » des technologies de l’information.

De la même manière, les acteurs les plus proactifs tirent des bénéfices significatifs de l’utilisation de services de cloud public.

Et ailleurs ?

Aux États-Unis, 42 % des décideurs informatiques utilisant des services de cloud public déclarent constater des réductions de coûts liées aux personnels techniques, collaborateurs à plein-temps et/ou équipes de formation – contre 37% pour l’échantillon total (y compris États-Unis).