TOOLinux

Le journal du Libre

"Le plaisir de contribuer" par Philippe SCOFFONI

jeudi 4 mars 2010

L’idée n’est pas ici de faire une séance d’auto-flagellation sur le thème, « tu ne contribues pas assez mon fils ». Je fais comme on dit selon mes moyens et aussi soyons honnête mes envies. Je ne suis plus pas un programmeur. Je sais juste bidouiller des scripts ou des programmes existants et à la limite en écrire d’extrêmement simplistes.

Ce week-end, j’ai remis à neuf le CMS qui propulse le site de mon AMAP (un vieux xoops dont plus personne ne savait se servir). Pour ne pas changer l’URL, il est toujours chez Free qui veut bien que je me connecte un jour sur deux au FTP du site (aujourd’hui c’est sans). Il va falloir que cela change. Si vous connaissez un hébergeur associatif sympa localisé sur Lyon, je suis preneur de vos conseils.

Rien d’original, du wordpress, quelques plugins, un peu de bidouillage d’un thème récupéré sur le Net. Il se trouve que j’ai eu besoin d’un plugin pour « modérer » les inscriptions sur le site. J’en ai essayé plusieurs et le seul qui a bien voulu fonctionner correctement et se rapprocher au plus prêt de mon besoin fut celui de Josh Harrison New User Approve.

Seul inconvénient, ce plugin n’existait pas en français, toutes les instructions pour les utilisateurs étaient en anglais. En parcourant le site, j’ai vu que l’auteur avait implémenté les mécanismes de traduction de gettext. Une bonne idée, car la traduction se fait au travers d’un fichier texte (.pot) que l’on compile ensuite à l’aide d’une simple commande et que l’on place dans le répertoire du plugin dédié à cet usage.

Je me suis dit : « allez, en avant le plugin n’est pas énorme, je n’en ai pas pour des heures ».

Effectivement, cela ne m’a pris qu’une heure test compris. J’ai ensuite envoyé un email à l’auteur pour lui proposer mon fichier traduit. A sa réponse, j’ai cru comprendre que cela lui faisait plaisir.

Au final, c’est insignifiant, mais c’est une satisfaction pour tout le monde.

En résumé, contribuer si vous le pouvez, même de façon insignifiante et merci à tous ces développeurs qui passent autant de temps à nous faire des logiciels libres.

Philippe SCOFFONI