TOOLinux

Le journal du Libre

Les ténors du libre appellent à voter contre les brevets logiciels l’élection de la « personnalité européenne de l’année 2005 »

vendredi 21 octobre 2005

Un groupe de sommités du logiciel libre
et open source a mis tout son poids dans la balance pour l’élection de
la « personnalité européenne de l’année 2005 », en appelant les « 
développeurs et utilisateurs informatiques à travers le monde » à voter
pour Florian Mueller, le fondateur de la campagne
NoSoftwarePatents.com, lors d’une élection publique en ligne.

L’illustre consortium se compose dans l’ordre alphabétique d’Alan
Cox, associé chez Red Hat et mainteneur du noyau Linux ; Rasmus
Lerdorf, créateur du langage de programmation PHP ; Tim O’Reilly,
éditeur et organisateur de conférences ; Richard Stallman, président de
la Free Software Foundation (qui a commencé en 1984 à travailler sur ce
qui est devenu aujourd’hui le célèbre système d’exploitation GNU/Linux)
 ; et Monty Widenius, créateur de la base de données MySQL.

Dans un communiqué de presse de NoSoftwarePatents, les leaders de la
communauté ont exprimé aujourd’hui leur soutien aux recommandations de
vote qui ont été publiées par NoSoftwarePatents.com dans plus d’une
douzaine de langues :
http://www.nosoftwarepatents.com/fr/m/ev50/vote.html
Les participants à cette élection doivent faire un choix dans chacune
des dix catégories et les préconisations de vote fournies par
NoSoftwarePatents.com expliquent le rôle que les différents candidats
ont joué dans le débat sur les brevets logiciels, de manière à ce que
les électeurs puissent récompenser les opposants aux brevets logiciels
et pénaliser les politiciens pro-brevets.

Le 22 septembre, Florian Mueller a été nommé pour le prix le plus
prestigieux dans la politique de l’Union européenne, le prix « EV50 des
personnalités européennes de l’année ». le jury a ainsi reconnu ses
efforts politiques contre une proposition de directive qui selon lui
aurait légalisé les brevets logiciels en Europe. Le Parlement européen
a rejeté le texte le 6 juillet dernier par une victoire écrasante de
648 voix contre 32. Mueller, qui a souligné qu’il était redevable pour
cette nomination « à la communauté toute entière et particulièrement à
l’Association pour une infrastructure informationnelle libre
(Foundation for a Free Information Infrastructure, FFII) », est reconnu
pour avoir fondé un site web de campagne multilingue, pris la parole
dans les médias et lors de manifestations publiques, et exercé un lobby
auprès d’eurodéputés, de gouvernements et de parlements dans certains
États membres de l’UE.

L’European Voice, un hebdomadaire prédominant spécialisé sur l’UE,
organise maintenant une élection sur Internet à laquelle Mueller
participe contre des concurrents aussi célèbres que Bono, le leader de
U2 ; Bob Geldof ; J.K. Rowling, l’auteur de Harry Potter ;et des
dirigeants politiques parmi lesquels Tony Blair, le premier ministre
britannique ; le chancelier allemand sortant, Gerhard Schroeder ; et le
successeur désigné de Schroeder, Angela Merkel. Le vote est ouvert au
public du monde entier jusqu’au 11 novembre.

Les soutiens de Mueller soulignent que la communauté du logiciel libre
et open source a joué un rôle particulièrement actif dans la lutte
contre les brevets logiciels, mais que les brevets logiciels « nous
menacent tous, parce qu’ils ne font pas de discrimination sur le
langage de programmation, le système d’exploitation ou le modèle de
licence ». Le groupe est « consterné par les premiers rapports »
indiquant que l’UE est maintenant en train de chercher d’autres moyens
de donner une base juridique plus solide aux brevets logiciels en
Europe, tels qu’une régulation de l’UE sur le brevet communautaire.

Le communiqué de presse souligne le fait « qu’il s’agit d’une campagne
pour une cause, pas pour une personne » : on demande aux gens de voter
pour Mueller « parce qu’il concourt sous l’étiquette NoSoftwarePatents
(Non aux brevets logiciels) et qu’il s’agit du message que nous voulons
renforcer ». L’étiquette NoSoftwarePatents.com est juste à côté du nom
de Mueller sur le bulletin de vote (http://www.ev50.com/poll).

Le message de soutien mentionne que « d’autres candidats se battent
pour des inquiétudes valables et de nobles causes. Cependant, ces
questions et ces individus ont déjà bénéficié d’une bonne couverture
dans les médias de masse, alors que les conséquences des brevets
logiciels pour le monde entier, y compris pour les pays en voie de
développement, a encore besoin de plus d’attention du public. Au sens
où les brevets logiciels monopolisent des raisonnements intellectuels,
ils relèvent également des droits de l’homme. »

Mueller est sûr qu’il peut gagner le titre de « la personnalité
européenne de l’année » contre ses célèbres concurrents, à la lumière
de « l’indiscutable pouvoir de campagne électronique du mouvement
anti-brevets logiciels ». En plus d’une déclaration de campagne et de
recommandations de vote, le site web offre un formulaire d’envoi de
courriels qui permet aux supporters de diffuser l’information
(http://www.nosoftwarepatents.com/fr/m/ev50/notify.html), et des
bannières (http://www.nosoftwarepatents.com/fr/m/ev50/banners.html).
Les deux principaux slogans pour la campagne électorale sont « Votez
contre les brevets logiciels » et « Votez pour votre droit à programmer
 ».

S’il venait à remporter cette élection populaire, Mueller dirait que « 
tout le monde y gagne ». Il a promis « de donner l’argent du prix
sponsorisé par Microsoft à la FFII », sans laquelle il a déclaré qu’il
« ne serait pas devenu impliqué dans cette bataille politique, sans
même parler de la remporter ».

Les vainqueurs du prix EV50 seront annoncés le 29 novembre. Un gala au
Palais d’Egmont sera présidé par l’ex-président du Parlement européen,
Pat Cox, qui a été embauché par des firmes américaines pour faire du
lobby en faveur des brevets logiciel en préparation du vote du 6
juillet. Le prix EV50 est parrainé par le premier ministre belge, Guy
Verhofstadt. Parmi les sponsors figurent l’entreprise de relations
publiques et de lobbying, Burson-Marsteller ; le fabriquant de
logiciels, Microsoft Corporation (un des principaux détenteurs et
partisans des brevets logiciels) ; et le géant de l’industrie
pharmaceutique, Novartis. L’European Voice est une publication du
groupe Economist.