TOOLinux

Le journal du Libre

Linux est un produit dérivé d’Unix non autorisé selon SCO

vendredi 16 mai 2003

"SCO prend cette décision importante en raison des graves problèmes de propriété intellectuelle posés par Linux" a précisé Chris Sontag, Vice-président senior et Directeur général de SCOsource, The SCO Group. "Quand le propre code logiciel UNIX de SCO est copié de manière illicite dans Linux, nous avons l’obligation d’informer les utilisateurs des poursuites judiciaires qui pourraient s’exercer à leur encontre suite à l’utilisation d’un tel logiciel dans leur entreprise. Nous avons donc décidé de suspendre les ventes et la distribution de SCO Linux jusqu’à ce que ces problèmes soient résolus".

SCO continuera à supporter les clients SCO Linux et Caldera OpenLinux existants.

En outre, SCO va encore plus se concentrer sur UNIX et sur SCOx, sa nouvelle stratégie de croissance autour des services Web. La société a présenté SCOx en avril en tant qu ?environnement pour la mise en ?uvre de services Web, et prévoit d’introduire de nouvelles applications de ce type développées par d’autres éditeurs lors du SCO Forum, notre conférence annuelle qui se tiendra en août.

"Nous poursuivons notre engagement dans le développement de nouvelles opportunités pour nos clients et, de ce fait, nous prévoyons de renforcer notre stratégie de croissance autour de SCOx, notre outil de mise en oeuvre de services Web spécifiquement conçu pour les PME" a souligné Darl McBride, Président et CEO de The SCO Group.

SCO annonce en parallèle un chiffre d’affaires de 21 millions de $ (avec un bénéfice net de 4 millions de $) pour le trimestre fiscal qui s’est terminé le 30 avril 2003.

Pour en savoir plus, www.sco.com/scosource