TOOLinux

Le journal du Libre

Linux et le libre dans la presse

jeudi 24 février 2005

Passerelle "Exchange" sous Linux

    L’OPUS 67 se dote d’une passerelle antispam et antivirus en Open source. (...) OPUS 67, l’office HLM du Bas-Rhin avec environ 130 postes de travail, a subit en 2004 une montée des spams et des virus. Le serveur exchange 2000 local traite environ 500 emails par jours provenant de l’extérieur. La solution antispam et antivirus retenue : Debian, Postfix, Amavisd-new, Spamassassin, Razor, DCC, Pyzor et ClamAV. (...) Conclusion, un vieux serveur recyclé, aucun frais de licence pour un résultat quasiment parfait. L’open source à fait son entrée à l’OPUS 67 de très belle manière : Les utilisateurs sont satisfait et la Direction Informatique aussi car plus de 90% du spam et 100% des virus sont maintenant filtrés avant leur entrée sur notre réseau.
  • A lire sur Infogiciel

    Fedora, nouveau moteur d’innovation de Red Hat

      Red Hat veut faire de Fedora, la distribution Linux gratuite de l’éditeur, son moteur d’innovation. Et renouer ainsi avec la communauté d’utilisateurs et de développeurs, les « grands oubliés » de l’éditeur. L’objectif est ainsi de chouchouter la communauté liée à Fedora, pour relancer « son processus d’innovation ». En clair, faire de Fedora, un tremplin technologique pour Red Hat Enterprise Linux.
  • A lire sur Le Monde Informatique

    Novell Linux accède à la compatibilité LSB 2.0

      Novell adopte et obtient pour SuSE Linux Enterprise Server 9 la certification au standard de compatibilité LSB 2.0. (...) Novell supporte la mission du projet LSB et contribue activement aux travaux du Consortium LSB. Avec SuSE Linux 9.1, Novell a d’ailleurs été le premier grand éditeur à obtenir la certification LSB 2.0, en novembre dernier.
  • A lire sur Silicon.fr

    Marratech met en images les réunions en ligne

      L’éditeur arrive en France avec une solution logicielle de conférence Web intégrant, entre autres, la vidéo multipoint. (..) eMeeting Portal de Marratech : solution logicielle client-serveur de conférence Web point à point ou multipoint. Client Marratech Pro gratuit (pour Windows, Linux, Mac) ; serveur Marratech eMeeting Portal pour Windows, Linux, Solaris et Mac OS X.
  • A lire sur 01Net.com

    Les revenus Linux de Novell progressent doucement

      Avec des revenus qui profitent largement des gains versés par Microsoft, la part de linux dans les activités de Novell reste plutôt... réduite ! (...) La déception pourrait venir de la division SuSE, qui supporte la stratégie Linux du groupe, la plus médiatisée. L’activité Linux de Novell a généré au premier trimestre 15 millions de dollars de chiffre d’affaires, dont 7 millions pour les seules ventes de SuSE Linux Enterprise Server.
  • A lire sur Silicon.fr

    Open source : la multiplicité des licences inquiète l’industrie

      Le débat sur le nombre de licences open source est ouvert chez les éditeurs. Leur multiplication ferait courir un risque au développement des projets basés sur les logiciels libres en entreprises. Certains préconisent déjà un traitement de choc. (...) Les éditeurs de logiciels craignent qu’une prolifération des licences entraine des problèmes de compatibilité qui nuisent au développement de l’adoption de l’open source dans les entreprises. Lorsque les licences de différents produits sont incompatibles, il est impossible de partager du code entre plusieurs projets. Ceux deviennent plus compliquées, car il leur faut être vigileant sur la dimension juridique et gérer plusieurs types de contrats.
  • A lire sur ZDNet

    Francisco Mingorance (BSA Europe) : "Il est essentiel de garantir la qualité des brevets"

      Le directeur des affaires publiques de la Business Software Alliance Europe expose ses propositions pour améliorer le système des brevets en Europe, avec pour modèle les Etats-Unis. Il fait également le point sur la directive européenne sur les brevets logiciels. (...) Extrait de l’interview : "La question n’est aujourd’hui pas de savoir si l’on crée une brevetabilité des logiciels, c’est un fait, ces brevets existent et ils n’ont pas empêché la croissance. Une remise en question de ces brevets par une série d’exceptions très larges et extrêmes aurait été problématique."
  • A lire sur Solutions / Journal du Net