TOOLinux

Le journal du Libre

Linux et le libre dans la presse ce 14 août

lundi 14 août 2006

"La lutte contre les pirates change de visage ", JDNet.

    Outils de découverte des failles, base de données et moteurs de recherche de codes malveillants. La lutte contre le piratage évolue. Des méthodes efficaces, mais cependant à double tranchant. (...) De multiples outils de fuzzing ou fuzzers, dont beaucoup Open Source, existent notamment pour détecter des failles dans les navigateurs Web. Certains se spécialisent ainsi dans les tests des failles des objets COM ou des ActiveX.

"Interview télévisée du fondateur de Ubuntu Mark Shuttleworth", GénérationNT.

    La chaîne de télévision britannique Channel 4 a réalisé une interview du milliardaire Sud-Africain, Mark Shuttleworth qui s’est exprimé sur son activité principale du moment : l’essor de la désormais célèbre distribution GNU/Linux, Ubuntu (...) De nationalité sud-africaine, cet entrepreneur (bien qu’avec lui on ne sache plus trop) à peine âgé de 33 ans, a fait fortune en revendant (575 millions de dollars) en 1999 à VeriSign, sa société spécialisée dans la sécurité Internet, Thawte qu’il avait fondé en 1995.

"Après les musiques DRM, voici les magazines DRM !", www.depannetonpc.ne.

    Virgin n’arrête pas sa quête du DRM en si bon chemin. En effet, la firme vient de mettre en ligne un service d’achat de presse en ligne ! (...) Virgin propose ses magazines au format DLY si bien que "le document DLY est généré et crypté spécifiquement pour votre machine". "Il n’est donc pas possible de le relire sur une autre machine même avec Delivery Reader correctement installé". (...)

"Ubuntu Dapper Drake mis à jour", Clubic.

    Estampillée 6.06.1, cette mise à niveau corrige plus de 300 problèmes. La plupart des corrections sont liées à des mises à jour pour la sécurité et d’autres bugs pouvant toucher la stabilité et la compatibilité du système.

"Agenda partagé : des solutions", LinuxFR.org.

    Il est parfois nécessaire de développer des connecteurs permettant de se connecter sur Exchange ainsi que d’émuler ce dernier si l’on veut permettre la migration des serveurs Exchange et des clients Outlook vers des solutions libres. (...) un article sur NewsForge explique que ces « exchange killers » ont du succès et commencent à prendre pied sur un marché qui restait très fermé jusqu’à maintenant. On peut logiquement espérer que le verrou Exchange disparaissant, la migration vers les postes clients et les messageries libres puisse enfin prendre son essor.