TOOLinux

Le journal du Libre

Linux et le libre dans la presse ce 9 octobre 2004

samedi 9 octobre 2004

(...) Parallèlement à cette étude de Jupiter Research, le président de Linux International Jon Maddog Hall a annoncé à l’occasion de la conférence Linux World, qui se déroulait à Londres, que selon lui les technologies de téléphonie via Internet privilégieraient nettement l’open-source, notamment dans les entreprises.

"Le Parlement européen durcit le ton sur les brevets logiciels", annonce Le Monde Informatique. Le Parlement européen a semble-t-il choisi d’adopter une position dure face au Conseil des ministres dans le débat sur la directive sur les brevets logiciels. Le Parlement a en effet choisi de désigner l’ex-Premier ministre français, Michel Rocard, pour bâtir sa réponse aux propositions du Conseil.
(...) Francisco Mingorance, le représentant de l’organisme à Bruxelles, indique ainsi "qu’au vu des positions passées de Rocard, nous ne pouvons qu’espérer qu’il sera suffisamment ouvert aux vues des personnes et groupes qui ont une opinion différente de la sienne". Mingorance mise toutefois sur le fait qu’un compromis devra être trouvé entre le Parlement et le Conseil et qu’il fera la place à une large brevetabilité du logiciel.

ZDNet propose en vidéo une interview de Bill Gates : « Donner accès au code source est un compromis ». Bill Gates a indiqué devant un parterre d’étudiants à quoi sert l’ouverture du code source, et comment son entreprise l’utilise.

Réjouissant article intitulé "La voie est libre pour l’informatique parisienne" sur 01Net. Un rapport sur le passage à Linux et autres OpenOffice sera communiqué aux élus de la Ville lundi 11. Les différentes composantes de la majorité tranchent déjà en faveur du logiciel libre. PS, PC, Verts, tous poussent donc en faveur du libre. Le choix de l’exécutif parisien, issu de ces partis, sera donc sans surprise. Seule hésitation : l’ampleur de la migration. Les élus s’attendent en effet que le rapport affirme qu’un passage rapide au « tout-libre » est trop cher si la Mairie veut faire migrer l’ensemble de son informatique. « Je ne suis pas persuadé que nous avons la capacité technique et financière d’un passage intégral, sachant que la ville a d’autres gros projets et que Delanöe [Bertrand Delanoë, Maire de Paris, NDLR] a parlé d’une mandature à impôts constants, poursuit Marie-Pierre Martinet. Je pense qu’on va se diriger d’abord vers des migrations au libre de certaines directions de la municipalité, ou au passage à Open Office. »

OCIPEP-BPIEPC.gc.ca publie un intéressant article intitulé "Les 20 principales vulnérabilités en matière de sécurité Internet pour l’an 2004 selon SANS". Il s’agit de la quatrième liste annuelle des 20 principales vulnérabilités diffusée par le SANS Institute. Elle correspond, en réalité, à deux listes des 10 principaux services les plus exploités dans les systèmes d’exploitation Windows d’une part et dans les systèmes d’exploitation basés sur UNIX et LINUX d’autre part. (...) Cette liste des 20 principales vulnérabilités s’accompagne aussi d’outils pour tester la présence de ces vulnérabilités dans les biens liés à la technologie de l’information ainsi que d’une description détaillée de chaque vulnérabilité et des mesures à prendre par les administrateurs de réseaux pour les corriger.

Le Journal du Net publie sa revue des principales failles, allant du 24 septembre au 7 octobre 2004, avec K-Otik.com, OS X, PeopleSoft HRMS, Symantec Firewall et VPN Appliance. Parmi ces failles, citons une vulnérabilité qui a été identifiée dans Mozilla Firefox, qui pourrait être exploitée par un attaquant distant afin d’effacer des fichiers arbitraires. Le problème se situe au niveau de la vérification des fichiers présents dans le répertoire de téléchargements, ce qui pourrait être exploité afin d’en supprimer tout le contenu. L’exploitation de cette faille nécessite une forte interaction de la part de l’utilisateur qui devra accepter le téléchargement d’un fichier malveillant.