TOOLinux

Le journal du Libre

Nostalgie et marketing, le Commodore 64 de retour sous Ubuntu

mercredi 20 juillet 2011

Nos jeunes années

Je fais partie de cette génération qui a grandi et découvert l’informatique avec le <a
href="http://fr.wikipedia.org/wiki/Commodore_64">Commodore 64. Ce fut l’une des machines qui me marqua le plus.

Mais je fis mes débuts sur un <a
href="http://fr.wikipedia.org/wiki/ZX81">ZX81 avec son kilo-octet de mémoire et son clavier à membrane. A notre époque où le moindre PC est équipé d’un à deux Go de RAM cela laisse rêveur et surtout montre l’étendue du chemin parcouru. J’ai encore du mal à imaginer que l’on arrivé à faire fonctionner des programmes dans ce misérable kilo-octet. Pourtant, c’était bien la cas et je sais que les programmes d’alors n’avaient rien à voir avec ceux que nous utilisons aujourd’hui.

J’ai ensuite partagé une ou deux années avec un <a
href="http://fr.wikipedia.org/wiki/Oric_Atmos">Oric ATMOS sur lequel j’avais même développé un petit jeu en assembleur. J’avais acheté un bouquin qui commentait les 16Ko du système d’exploitation. Avec le recul je me demande comment j’ai pu faire cela <img
src='http://philippe.scoffoni.net/wp-includes/images/smilies/icon_smile.gif' alt="Ubuntu nostalgie marketing Commodore " class='wp-smiley' title="Nostalgie et marketing, le Commodore 64 de retour sous Ubuntu" /> .

Mais le Commodore 64 ce fut aussi l’époque où je me suis mis à jouer pas mal. Je me souviens de longues soirées au club Informatique dont je faisais partie sur le jeu M.U.L.E (il y a même <a
href="http://fr.wikipedia.org/wiki/M.U.L.E.">une fiche sur Wikipédia). Il faut dire que le Commodore avait fait assez fort à l’époque de sa sortie en proposant 16 couleurs, huit sprites, des capacités de défilement (scrolling), et deux modes graphiques bitmap (les geeks apprécieront).

Je vous épargnerais aussi une petite séance nostalgie sur mon <a
href="ttp://fr.wikipedia.org/wiki/Atari_ST">ATARI 520. Une époque révolue où les ordinateurs avaient une âme !

Le look du Commodore 64

Comme le montre la photo, la carrosserie est bien celle de l’ancêtre. Mais à l’intérieur rien à voir avec la machine d’origine. Le processeur est un Atom Dual Core 1,8Ghz épaulé d’un Nvidia Ion2 et de deux Go de RAM.

<a
href="http://philippe.scoffoni.net/wp-content/uploads/2011/07/Commodore64.png" rel="lightbox[4158]"><img
class="aligncenter size-full wp-image-4159" style="float: center;" title="Commodore64" src="http://philippe.scoffoni.net/wp-content/uploads/2011/07/Commodore64.png" alt="Ubuntu nostalgie marketing Commodore " width="500" height="305" />

Plus surprenant, le modèle “Basic” est fourni sans lecteur de DVD et avec un “petit” disque dur de 160Go. Voilà qui est bien maigre.

Ubuntu powered

La machine est livrée avec Ubuntu 10.10 préinstallé. La nostalgie s’arrête donc au look. Il est pourtant question sur le site d’un Commodore OS 1.0 qui serait envoyé par mail aux acheteurs avec un pack de jeux prochainement, mais sans date de disponibilité.

En attendant, vous pouvez utiliser <a
href="http://vice-emu.sourceforge.net/">VICE, un émulateur qui fonctionne sous divers systèmes d’exploitation et qui émule entre autres le Commodore 64.

Courage fuyons

Les prix parlons en, je vous laisse consulter la liste des configurations et des tarifs <a
href="http://www.commodoreusa.net/CUSA_C64Select.aspx">sur cette page. C’est pas moins de 595$ pour le modèle “basic”. Il est évident qu’à ce prix-là vous trouverez des machines bien mieux équipées.

La nostalgie a un prix et je ne suis pas prêt de céder à cet appât marketing un peu trop gros à mon goût. Mais il faut avouer que le produit est particulièrement bien ciblé.

Philippe SCOFFONI