TOOLinux

Le journal du Libre

OOXML n’obtient pas l’approbation. Le processus continue.

mercredi 5 septembre 2007

(Communiqué)

L’ISO a néanmoins décidé de ne pas en terminer avec la procédure pour
le moment, et d’organiser une réunion de "cloture de vote" (ballot
resolution meeting) en février, à l’occasion de laquelle Microsoft
devra présenter des solutions aux nombreux problèmes soulevés. Si un
assez grand nombre d’Etats changent leur position, la proposition a
toujours des chances de passer.

De nombreuses irrégularités ont été rapportées dans le processus ISO :
achats de votes en Suède par Microsoft ; refus d’accepter la présence
de ses concurrents pour cause de "manque de chaises" au Portugal ;
détournement des comités nationaux de normalisation dans un grand
nombre de pays, dont les Etats-Unis, l’Italie, la Colombie et le
Mexique ; manipulation du processus de vote par la présidence en
Suisse et en Uruguay ; dédoublement des comités en Pologne ; non
acceptation de la concurrence au Venezuela et en Ukraine ; et plus
encore.. D’une manière générale, le processus a été conduit, sauf pour
une minorité de pays, en tentant de positionner autant de partenaires
de Microsoft que possible dans les comités responsables.

Benjamin Henrion, leader de la campagne NoOOXML.org commente : "La
proposition est tellement pauvre que quiconque en dehors de Microsoft
l’aurait soumise aurait été tourné en ridicule. Je ne comprends pas
pourquoi le secrétariat de l’ISO ne l’a pas d’ores et déjà mise à la
poubelle. La poursuite du processus ne signifie que davantage de
scandales qui vont ternir l’image de l’ISO."

Alberto Barrionuevo, vice-président de la FFII, ajoute : "L’enjeu n’est
pas tant ici la fatalité du format appelé de façon inappropriée "Open
XML", mais la réputation de l’ISO. Le fait que de nombreuses
délégations nationales de l’ISO aient appprouvé OOXML en raison de
sérieuses manipulations suggère que la procédure a besoin d’être
révisée. Nous recommandons fortement à l’ISO de reconsidérer son
système et son mode de régulation, et d’impliquer des ressources
externes pour cette tâche".