TOOLinux

Le journal du Libre

Petite revue de presse sur l’affaire SCO & Linux

vendredi 5 mars 2004

- Journal du Net : SCO enregistre de nouvelles licences mais son arrière garde est dévoilée

SCO vient d’enregistrer une nouvelle licence, symbolique car payée par Computer Associates, pourtant défenseur de l’Open Source. Mais dans un courriel transmis par un de ses employés, des informations sembleraient montrer le soutien apporté par Microsoft à l’éditeur. (...) La rumeur avait enflé autour de Google - chez qui l’usage de Linux est largement répandu - mais c’est finalement DaimlerChrysler et Auto Zone, deux acteurs du marché de l’automobile, qui font l’objet de plaintes déposées par SCO auprès de la justice américaine.

Lire l’article

- ZDNet : Darl McBride, P-DG de SCO Group : « Le code source de Unix System 5 nous confère des droits incroyables »

En revendiquant des droits de propriété intellectuelle sur Unix et Linux, l’éditeur SCO réussit l’exploit de faire l’unanimité contre lui... à l’exception de Microsoft. Son patron livre sa vision du dossier qui fait trembler l’industrie IT à ZDNet. (...) Comment le problème a-t-il été découvert ? Est-ce que quelqu’un chez SCO travaillait sur le code source Linux et s’est dit : « Tiens ! J’ai déjà vu ça quelque part... » ? "
Lorsque nous avons assigné IBM en justice, ils étaient censés répondre dans les 30 jours. Or, ils ont demandé un délai de 60 jours supplémentaires, pendant lesquels nous avons attendu leur réponse. Nous avons donc libéré une équipe de programmeurs (nous disposions de trois équipes de disciplines différentes qui travaillaient sur les différentes bases de code de System 5, AIX et Linux). Et c’est lors du processus consistant à examiner en profondeur ce qui figurait exactement au sein de toutes ces bases de code que nous avons décelé des problèmes plus substantiels".

Lire l’article

- VNU : Microsoft dans l’ombre de SCO ?

S’attaquer tour à tour à IBM, Red Hat, Novell ou encore DaimlerChrysler paraît bien imprudent pour un modeste éditeur comme SCO Group. Et si Microsoft tirait les ficelles en coulisse ? (...) Eric Raymond, cofondateur de l’Open Source Initiative, une association qui vise à promouvoir l’usage de logiciels à code source ouvert en entreprise, sur le site de laquelle le mémo a été publié, y a adjoint le commentaire suivant : "Nous savons maintenant que Microsoft a levé au moins 86 millions de dollars pour SCO. Si l’on en croit la conférence de mercredi dernier, la trésorerie de SCO est de 68,5 millions de dollars. Sans Microsoft, SCO aurait aujourd’hui au moins 15 millions de dollars de dettes."

Lire l’article

- PC Inpact : SCO vs Linux : La main de Microsoft ?

Le site opensource.org affirme avoir un reçu un Email anonyme d’un employer de SCO tendant à prouver que Microsoft participe financièrement à ces manoeuvres de dénigrement.

Ainsi sur ce Mail, on remarque que l’éditeur de Redmond aurait "investi" pas loin d’une centaine de millions de Dollars dans la campagne anti Linux de SCO.

Bien sûr, pour le moment, rien ne prouve l’authenticité de ces informations mais si celles-ci se trouvaient être avérées, un rude coup à la réputation et à leur crédibilité serait porté à ces deux sociétés.

Lire l’article

- Nouvel Obs : SCO cible deux proies médiatiques dans sa guerre "anti-Linux"

Après avoir longuement menacé les industriels par voie de presse plus que par voie judiciaire, SCO Group passe à l’acte. Il porte plainte contre deux entreprises de poids, qu’il entend traîner devant les tribunaux : la compagnie américano-germanique Daimler Chrysler, issue de la fusion entre deux des principaux constructeurs automobiles ; et la société américaine Auto Zone, qui revend des pièces détachées à travers 3.000 points de vente aux États-Unis.

Lire l’article

- Atelier.fr : Linux vs Unix, nouvel acte : SCO traîne même ses clients devant les tribunaux

SCO est en train de mettre ses menaces à exécution. L’éditeur de logiciels américain, détenteur des droits d’exploitation sur le système d’exploitation Unix a annoncé mercredi qu’il traînait devant les tribunaux le constructeur automobile Daimler-Chrysler. (...) Il y a un petit peu moins d’un an, c’est IBM qui était la cible des accusations de SCO : l’éditeur lui réclamait d’ailleurs la modique somme de trois milliards d’euros. Une attaque à laquelle Big Blue, soutenu par Intel et plus généralement l’Open Source Development Labs (OSDL) répondait en créant un fonds de défense, destiné aux utilisateurs de Linux menacés par les poursuites intempestives de SCO.

Lire l’article

- CRN : CA acquiert une licence SCO, qui attaque Daimler Chrysler en justice

Computer Associates a acquis une licence sur la propriété intellectuelle de SCO. Selon le directeur financier de SCO, Bob Bench, deux autres sociétés ont aussi signé une licence le fournisseur de gaz américain Questar et le constructeur Leggett & Platt. Selon Bench, 10 à 50 compagnies (on appréciera la précision) ont aujourd’hui signé une licence de propriété intellectuelle Linux de SCO. Les revenus de licence perçus par la firme restent toutefois ridicules par rapport au battage médiatique, qu’elle orchestre. Son programme de licence SCOSource n’aurait ainsi récolté que 20 000 $ de revenus au dernier trimestre 2003, soit moins que le CA moyen d’une PME de 2 personnes.

Lire l’article