TOOLinux

Le journal du Libre

Près de la moitié des entreprises n’anticipent pas l’impact du stockage sur les coûts des projets de virtualisation

vendredi 29 avril 2011

Les chiffres indiquent que près de la moitié des répondants (43 %) n’ont pas anticipé l’impact que le stockage va avoir sur les coûts de la virtualisation de leurs serveurs et postes de travail ou n’ont pas lancé un projet de virtualisation en raison des coûts liés au stockage jugés trop élevés. Par conséquent, la mise en œuvre de leurs projets de virtualisation est retardée.

D’autres conclusions de l’étude de DataCore portant sur plus de 450 services informatiques à travers l’Amérique du Nord et l’Europe indiquent :

Parmi ceux ayant déployé une virtualisation des serveurs, 66 % mentionnent une hausse sensible des coûts de stockage comme le problème majeur auquel ils font face. Près de 40 % affirment que l’infrastructure de stockage soit, ralentit l’exécution des applications, soit en limite la disponibilité, alors que plus de 20 % déclarent que la continuité d’activité est devenue plus difficile.

Plus de 56 % réalisent à présent que la consolidation crée des congestions des E/S qui les empêchent de passer au prochain pallier de virtualisation.

Près d’un quart (22 %) des administrateurs informatiques admettent un sentiment de dépendance à l’égard de leur fournisseur de matériel de stockage. Un tiers de ces répondants sous-estiment les coûts que la virtualisation des serveurs et des postes de travail va engendrer pour leur budget de stockage. Par conséquent, 41 % de la totalité des répondants se retrouvent avec deux, voire plus, systèmes de stockage différents du même fournisseur et plus de 60 % ne peuvent pas gérer leurs ressources de stockage sous forme d’un seul pool.

Malgré le battage autour des stratégies de cloud, une écrasante majorité (73 %) des entreprises n’exploitent pas encore des services de cloud pour les besoins en stockage. Toutefois, 70 % déclarent que l’accès à un espace disque plus important serait la caractéristique première souhaitée d’un stockage sur le cloud, davantage encore que la fonctionnalité de reprise d’activité qu’il fournirait.

95 % des répondants affirment être susceptibles de déployer un logiciel de virtualisation des serveurs/postes de travail de VMware, Microsoft ou Citrix dans l’année qui vient. Alors que l’adoption de Microsoft Hyper-V croît, selon les répondants, VMware occupe toujours le devant de la scène. Près de 65 % prévoient de déployer une solution VMware, alors que 10 % seulement ont opté pour la plate-forme Hyper-V.

Près de la moitié (48 %) des personnes interrogées tirent maintenant parti d’un logiciel de virtualisation du stockage pour surmonter les obstacles liés au stockage qu’engendrent leurs projets de virtualisation des serveurs et des postes de travail. Près de trois-quarts (74 %) l’utilisent pour améliorer les procédures de reprise et de continuité d’activité.

L’étude en ligne portant sur plus de 450 services informatiques de moyennes et grandes entreprises en Amérique du Nord et en Europe a été menée en janvier 2011. L’étude posait une série de questions sur la virtualisation et son impact sur le stockage. Pour en savoir plus sur les résultats de l’étude, consultez le rapport « DataCore Survey : The State of Virtualization » à l’adresse suivante.