TOOLinux

Le journal du Libre

Quel modèle économique pour le DVD de BeNux ?

vendredi 12 novembre 2010

Etonné, car je me retrouvais face à une offre tout ce qu’il y a de plus classique avec son copyright probable (bien que rien ne le précisait). Une offre que j’oserais qualifier de l’Ancien Monde.

Pourtant, je ne ferais pas partie de ceux qui lui reprocheront d’avoir cherché à gagner sa vie en vendant son travail. Car ce DVD (bien que je ne connaisse pas son contenu) représente probablement de nombreuses heures passées à tester, rédiger, expliquer tout un processus d’installation.

Par contre, la démarche est me semble-t-il assez maladroite…

Visiblement Frederic s’en est rendu compte. Seulement, j’ai peur que la question ne soit pas la bonne : a quel prix vendre le DVD ?

A qui s’adresse ce DVD ? Au non-informaticien qui voudrait s’auto-héberger… Les deux mots déjà ne vont pas ensemble. Un non-informaticien ne doit même pas connaître ce concept. Le produit répond-il vraiment à un besoin ? Peut-être les apprentis Geek se laisseront tenter, mais acheter une DVD 60€ pour s’éviter des dizaines d’heures de galère (plaisir ?) ne fait probablement pas parti de leurs plans. La réponse à ce premier point ne m’apparait pas clairement.

Admettons cependant qu’il y ait un public d’acheteur, je peux me tromper, comment leur vendre le DVD ? J’ai toujours tendance à penser que pour que les gens achètent un produit, il faut leur donner une raison.

Pourquoi achèterais-je ce DVD ? Il faut un support à la vente, il faut commencer par donner quelque chose pour donner envie d’acheter le produit. J’aurais peut-être commencé à diffuser des parties de ce DVD de façon à faire connaître le site des fans de l’auto-hébergement et en parallèle l’existence et le contenu de ce DVD.

Quel serait le juste prix ? Celui qui couvre le temps de travail consacré au montage du DVD par exemple. J’aurais peut-être adopté une démarche du type “libération du produit” lorsque le montant des ventes atteindrait un certain chiffre. J’aurais peut-être proposé plusieurs prix : pour étudiants, chômeur ou en fonction du quotient familial. Bien sûr il y aura toujours des petits malins pour utiliser faire acheter par un autre le produit et avoir un tarif préférentiel. Mais après, c’est vendre malgré tout.

En fait fixer un prix de vente unique n’est pas simple, mais si l’on raisonne avec l’optique de voir le temps consacré payé, le prix unitaire devient moins important. Ce qui compte c’est d’arriver à l’objectif

Des services complémentaires ? A moins que tout soit très simple, le besoin de support téléphonique pourrait exister. Une version du DVD incluant une heure d’assistance téléphonique/télémaintenance pourrait aussi être proposée.

Reste enfin le partenariat avec un fabricant de matériel pour vendre une “box” Benux prêt à l’emploi.

Quelle licence ? Si l’objectif est de monnayer ce contenu, j’adopterai une licence CC by-nc-sa. Car une fois achetée autant “légaliser” les copies qui ne manqueront pas de circuler.

Aucune idée si ce billet aide Frederic à trouver le bon modèle pour sa petite entreprise. Les solutions proposées ici restent classiques et ne sortent pas des sentiers battus. J’espère que cela lui apportera des pistes ou à défaut qu’un lecteur passant par ici laissera un commentaire plus avisé !

Philippe SCOFFONI