TOOLinux

Le journal du Libre

Revue de presse

vendredi 31 mai 2002

VNU : Les premiers pas d’un Linux unifié ?

Caldera, Suse, Turbolinux, Conectiva viennent de créer une société commune afin de lancer une distribution Linux unique. Une alliance qui vise évidemment Windows, dont l’un des atouts principaux est justement son côté "unique". Mais aussi RedHat, principal distributeur Linux mondial, loin devant tous les autres.
Le premier produit devrait être disponible pour octobre-novembre. "L’idée n’est pas tant de développer une nouvelle solution que de lancer une distribution la plus intégrée possible et la plus supportée possible", explique François Mauny. Pour autant, les distributions actuelles ne vont pas disparaître. Elles seront toutefois estampillées Powered by UnitedLinux.

- Article

Mozillazine : La branche Mozilla 1.0 sur le chemin de la version 1.0.1

Judson Valeski, en sa qualité de drivers@mozilla.org, vient d’annoncer que la branche MOZILLA_1_0_BRANCH (du projet CVS) vient d’être ouverte en vue de la réalisation de la version 1.0.1. Toute modification sur la branche doit encore être approuvée par le comité de pilotage du projet (les fameux drivers) après l’ajout du mot-clé « mozilla1.0.1 » dans les rapports de bug concernés et l’envoi d’un mail à drivers@mozilla.org.


- Article

Branchez-vous : 
UnitedLinux veut standardiser Linux

Quatre des principaux distributeurs de logiciels libres s’allient pour proposer une version commune du système d’exploitation Linux.
Reste à voir si le chef de file du marché, Red Hat, suivra ce mouvement. Pour l’instant, il ne fait pas partie de l’alliance et continue à commercialiser sa propre version de Linux. Certains pensent d’ailleurs que UnitedLinux est plutôt un regroupement commercial des concurrents de Red Hat pour lui faire front commun.

- Article

Solutions JDNet : Caldera, TurboLinux Connectiva, SuSe s’unissent pour standardiser Linux

Quatre éditeurs de distribution Linux, soit Caldera, TurboLinux, Conectiva et SuSe, viennent d’annoncer la création d’une joint-venture. Baptisée UnitedLinux, la nouvelle société va travailler à la mise au point d’un socle de distribution commune à ses fondateurs. Quel est l’objectif d’un tel projet ? Il viserait principalement à lutter contre la fragmentation du marché Linux... qui affiche plusieurs dizaines voire centaines d’initiatives sur ce créneau. Une situation qui aurait notamment pour conséquence de compliquer le portage d’applications propriétaires par le système d’exploitation du pingouin, mais également l’adoption de ce dernier par les entreprises.


- Article

01Net : Rolandgarros.com, une révision chaque année

La direction du plus grand tournoi de tennis disputé sur terre battue a confié à IBM la réalisation de son site. Sur quinze jours, il accueille plus de un million de visiteurs pour une lecture de soixante-dix millions de pages
Equipe informatique : environ 15 personnes, dont 2 détachées à la préparation de la partie événementielle.
Système informatique : serveurs Unix, Linux, Windows NT et Windows 2000 desservant environ 2 000 utilisateurs. Réseau Ethernet LAN à 10/100/ 1 000 Mbit/s.

- Article

Silicon : United Linux : l’union sacrée contre RedHat

Comme à l’accoutumée dans ce genre de rapprochement, un grand nombre d’entreprises soutient l’initiative. Pour leur premier tour de piste, les quatre protagonistes peuvent se prévaloir des encouragements de AMD, Borland, Computer Associates, Fujitsu Siemens, Fujitsu Japan, Hewlett-Packard, IBM, Intel, NEC, Progress Software, et SAP.
Selon la feuille de route, une version Alpha de cette distribution sera disponible avant la fin du second trimestre. Le programme bêta devrait démarrer durant l’été pour une disponibilité en fin d’année 2002. La version 2.0 d’United Linux est déjà planifiée pour la saison autommne-hiver 2003.


- Article

ZDNet : Le système d’exploitation M-o-o-t nargue le gouvernement anglais

Alors que les autorités britanniques s’apprêtent à mettre en pratique leur loi sur la surveillance des correspondances électroniques, des développeurs citoyens contre-attaquent avec un système d’exploitation (OS) contournant la législation.
Cet OS « est un tueur de RIPA », déclarait à notre rédaction britannique Brian Gladman, un ancien expert en chiffrement du ministère de la Défense britannique, lors du lancement du projet Moot.


- Article

Techupdate : Sécuriser les services web : le blocage IP

La mise en place d’une offre de services web nécessite impérativement des mesures de sécurité afin d’en réserver l’accès aux seuls clients. Présentation d’une technique simple : le blocage IP.

Le blocage IP est une technique de sécurité courante, disponible sur tous les principaux serveurs web, comme Apache et Internet Information Server (IIS) de Microsoft.

Il s’agit en fait du processus d’identification des adresses IP à partir desquelles les requêtes web seront acceptées. Il est généralement mis en oeuvre en spécifiant une liste d’adresses IP autorisées. Chaque fois qu’une requête web est reçue par le serveur, celui-ci compare l’adresse IP qui émet la requête à la liste des adresses IP autorisées. Si elle figure sur la liste, la requête est traitée normalement, sinon le serveur renvoie une erreur HTTP 403.6 : "Accès interdit : adresse IP rejetée". À noter que la plupart des serveurs web offrent également la possibilité de spécifier les adresses IP bloquées, plutôt que les adresses autorisées.


- Article

Internet Addict : Chute de 15% des ventes de serveurs.

Les revenus mondiaux des ventes de serveurs hardware ont chuté de 15,2% durant le premier trimestre de 2002 comparé aux chiffres de l’année dernière à la même époque.

Compaq a maintenu sa position de leader sur le marché des serveurs basé sur les processeurs Intel avec 25,2% du marché. HP a connu hausse de ses revenus de 202,8% grâce à la vente de serveurs Linux pendant le premier trimestre de 2002. Cependant, il détient la plus petite part de marché des serveurs Linux, part de marché de 4,7% après en avoir perdu 2,5% pendant le premier trimestre 2001.

- Article