TOOLinux

Le journal du Libre

Revue de presse Linux

dimanche 13 juillet 2003

Titre : Faire le choix des brevets ou de l’indépendance technologique de l’Europe ?

Résumé :
Face à la faible mobilisation pour le vote sur les brevets logiciels qui se tiendra le 1er septembre au Parlement européen, Olivier Guilbert expose ses arguments pour s’opposer à un texte qui menacerait l’indépendance technologique du Vieux Continent.
Les éditeurs américains, menacés par les premiers succès des logiciels libres, tentent de protéger leur position en imposant à l’Europe une loi sur les brevets logiciels semblable à celle que les États-Unis adoptèrent. « Le brevet servait à rentabiliser les efforts de R&D. Au lieu de servir l’innovation, il a été détourné pour miner le terrain et neutraliser les innovateurs gênants, en leur envoyant des avocats dans les pattes au moment d’une levée de fonds ou quand ils essaient de trouver des clients » analyse Jean-Michel Yolin, président de la section "Innovation" au ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie.

Le 1er septembre 2003, la Commission européenne entérinera cette décision. Face au peu de mobilisation des acteurs français, seuls les "pro-brevets logiciels" seront là pour voter. A priori, il y a une volonté de passer la chose vite et discrètement.

A lire sur ZDNet

Titre : Affaire Unix/Linux : Sun a discrètement élargi son contrat de licence avec SCO

Résumé :
Alors que Sun profite du conflit Unix/Linux entre SCO et IBM pour mener une campagne marketing agressive, la SEC révèle que le fabricant de serveurs et le détenteur des licences Unix ont passé un accord comportant des options boursières.
« Nous savons à présent pourquoi Sun a pu se sentir si confiant dans toute cette affaire [SCO/Linux] », commente Gordon Haff, analyste pour la société américaine de conseil en informatique Illuminata. Une confiance qui a permis à Sun de lancer une stratégie marketing agressive, poursuit-il.

Depuis juin dernier, Sun mène opportunément une campagne publicitaire aux États-Unis sur le thème de l’affrontement entre IBM et SCO Group. Une opération qui a pour but d’attirer vers lui les clients de ses concurrents, effrayés par tout risque légal.

Le géant américain déclarait en juin dernier, à l’occasion du lancement de cette campagne, ne pas être affecté par les revendications légales de SCO sur Linux, car il avait acheté comptant sa licence Unix il y a des années. Mais sans mentionner le fait qu’il avait renouvelé ce contrat, qui contient des options d’achat sur les titres SCO.

A lire sur ZDNet

Titre : Red Hat décline sa distribution pour tous les besoins de l’entreprise

Résumé :
Le numéro un des distributions Linux a refondu ses applications afin de convertir les entreprises, quelle que soit leur taille, au monde de l’OS libre. Passage en revue des différentes déclinaisons de son offre censée répondre à tous les besoins.
Plus que toute autre distribution Linux, Red Hat a adapté son offre aux différentes demandes et a gagné sa place sur le marché des entreprises en adoptant une approche beaucoup plus prudente et réservée sur l’incorporation de technologies et programmes avant-gardistes dans sa distribution.

A lire sur TechUpdate

Titre : Bientôt un clone open source d’Exchange

Résumé :
L’opération de clonage de l’offre de bureautique de Microsoft sous forme de logiciels libres fonctionnant sous Linux aborde un nouveau domaine : le travail collaboratif. Une première plate-forme, développée par un éditeur allemand, est d’ores et déjà disponible.

Fruit de sept années de développement, Skynix est dès à présent, selon les responsables de ce dernier, un produit mature et stable. En l’état, ce logiciel, qui fonctionne sous Linux et Solaris, permet d’instaurer des processus classiques de travail collaboratif - partage et échange de documents, de calendriers, carnets d’adresse, tableau noir, communication en messagerie instantanée... entre utilisateurs d’OpenOffice et avec des clients groupware d’éditeurs tiers, à commencer par Outlook de Microsoft, mais également Mozilla Calendar, Ximian Evolution, iCal d’Apple et Glow, le projet groupware d’OpenOffice.org.

A lire sur VNU

Titre : Linus Torvalds : « SCO ne me fait pas peur »

Résumé :
Devenu célèbre pour avoir créé une alternative au système d’exploitation Windows de Microsoft, Linus Torvalds a l’habitude de faire l’objet de l’attention des médias. Un type d’attention dont il se passe volontiers.
L’affaire SCO a braqué les projecteurs sur les procédures de développement des applications open source. Le code source des applications open source peut être partagé par tous librement. SCO a reproché à Torvalds de ne pas avoir mis en place un système de vérification du code, permettant de savoir si ce dernier n’enfreint pas de propriété intellectuelle, que ce soit des brevets ou copyrights. Pour sa part, Torvalds se dit imperméable à ces attaques, et même plus déterminé que jamais à tout faire pour garantir la pérennité de Linux.

A lire sur Yahoo Actualités

Titre : Une (autre) lettre ouverte à Monsieur Cavada

Résumé :
André Salaün reprend sa plume, quelques mois après sa première lettre à la direction de radio-france . Au rythme où la censure se développe sur cette radio, provoquant de plus en plus de réactions chez nos lecteurs, nous allons probablement devoir créer une nouvelle rubrique qui lui est consacrée..
Extrait : "A 7 heures 50 "un air de liberté..." soufflait sur votre antenne, oserai-je dire qu’un vin clair y coulait, et les deux enivrent comme vous le savez.

Comme je comprends bien qu’il dérangea les intérêts des "entreprises du médicament" comme elles se nomment, si on peut appeler ça un nom, ça ressemble plutôt à un masque ! Comme je comprends qu’un auteur aimé des auditeurs de France-Inter et qui plus est, médecin, leur fasse tort en assénant trop fort, trop juste et trop simple quelques vérités bien senties et frappées au coin du bon sens éclairé par le savoir ! Comme j’admets qu’il fallait radiophoniquement abattre un citoyen dont le timbre sonnait clair et la voix portait loin et profond ! "

A lire sur LinuxFrench

Titre : Les serveurs virtuels VMWare ont leur administrateur

Résumé :
Avec ControlCenter, l’éditeur permet de gérer plusieurs dizaines de machines virtuelles. Il devient par exemple possible de transférer une application d’un serveur à l’autre
L’analyse de Décision Micro : Après avoir prouvé l’efficience de ses émulateurs, VMware se devait de proposer un outil pour leur administration. Et surtout de conserver un train d’avance sur Microsoft, qui, avec le rachat de Connectix en février, est devenu un concurrent dangereux. Nul doute en effet que le géant prépare une solution équivalente.

A lire sur Decision Micro