TOOLinux

Le journal du Libre

Revue de presse francophone

mardi 10 décembre 2002

Mozillazine : Phoenix 0.5 est sorti

La version 0.5 de Phoenix est sortie pour Linux et Windows. Parmi les améliorations, cette version vous permet maintenant de paramétrer un groupe d’onglets comme votre page d’accueil et d’ouvrir les entrés de l’historique dans des onglets. Il y a aussi le support des boutons arrière et avant sur la souris "IntelliMouse Explorer" et les utilisateurs de Windows 95/98/ME/NT/2000 constateront que le thème classique s’harmonise maintenant mieux avec le style du système d’exploitation. Bien sûr, cette version est aussi plus petite et plus rapide que précédemment.

Article

VNUNet : Microsoft menacé par les logiciels libres

Que ceux qui enragent de voir depuis des années Microsoft dominer les marchés des systèmes d’exploitation pour PC et des suites bureautiques se calment. Voilà que Sony commercialise en Europe des PC équipés de StarOffice, la suite bureautique de Sun Microsystems, et qu’un constructeur américain lance un PC sous Linux destiné aux entreprises. La route sera longue, toutefois, avant qu’une concurrence effective n’existe sur ces marchés. Du point de vue de Microsoft, cependant, le ver est dans le fruit.

L’émergence d’une concurrence sur la bureautique peut-elle gagner les entreprises, à l’heure où Microsoft leur impose une très onéreuse nouvelle politique tarifaire ? Pas sûr, car a priori la migration d’Office vers StarOffice a elle-même un coût : formation des utilisateurs, dépannage en cas de problème, absence de service après-vente… Se pose également la question des fichiers existants et de leur traduction au format StarOffice. Peut-être est-ce du côté du système d’exploitation qu’une concurrence émergera le plus rapidement, d’autant plus qu’il existe désormais des interfaces – Gnome ou KDE – autorisant une prise en main aisée d’un poste sous Linux par un néophyte. Le constructeur Penguin Computing vient d’annoncer le lancement d’un PC destiné aux entreprises et équipé de Linux. Il semble que Hewlett-Packard livre également des PC de bureau sous l’OS libre. Là aussi, les constructeurs ont tout intérêt à généraliser cette pratique pour des raisons financières évidentes.

Article

01Net : SSII : une gestion des ressources humaines à très court terme

Formation, évolution de carrière, rémunération... Une étude dresse le portrait social des sociétés de services. Peu flatteur.

Les possibilités d’évolution sont de toutes façons réduites. Le nouvel entrant débute par le développement et l’intégration puis s’éloigne de la technique en s’orientant vers l’encadrement, le conseil ou le commercial. Ces opportunités sont limitées en nombre quand elles ne sont pas fictives. « Les grandes SSII sont parfois tentées de retenir leurs salariés en leur faisant miroiter des évolutions de carrière factices, fondées sur la seule modification des intitulés de leurs postes ». Les SSII s’opposent rarement au départ d’un collaborateur. L’épargne salariale, l’octroi de stock-options ou l’identification des hauts potentiels sont très peu développés.

Article

Projetct Omega : Enseigner Java par la Programmation Extrême

Voici le second article d’une série qui se penche sur la façon dont Java est enseigné aux nouveaux programmeurs. Dans le premier article, je me suis intéressé au célèbre premier programme toujours présenté, HelloWorld. Je défendais dans cet article que, bien que ce soit un bon moyen de vérifier que le système fonctionne, ce n’était pas un bon moyen de débuter en Java ou dans tout autre langage de programmation orienté objet. En dépit de la ressemblance avec la syntaxe du C, nous ne devons pas enseigner Java comme s’il s’agissait d’un C avec des objets. Il faut d’abord présenter les objets.

Dans cet article, nous allons commencer par regarder un petit programme pour commencer à apprendre à programmer. En Programmation Extrême (Extreme Programming) vous avez une tâche que vous voulez accomplir. Au sein de cette tâche, vous choisissez un premier objectif tangible. Vous définissez comment vous allez vérifier que vous avez bien atteint ce but. Vous écrivez le test à passer et ensuite le code qui permettra de franchir avec succès ce test.

Article

MacG : La vitesse, et donc l’avenir de l’informatique, serait t’elle à chercher du coté de chez IBM ?

Big Blue vient de battre un nouveau record en abaissant la taille de gravure des transistors à 6 nanomètres, précédemment détenu par le fondeur taïwanais TSMC avec 9 nm. Cette annonce, faite à l’occasion de l’International Electron Devices Meeting ayant lieu jusqu’au 11 décembre à San Francisco, prend de cours Intel qui tablait sur une évolution de ses technologies jusqu’à 65 nm en 2005 et, même si IBM n’a donné aucune information sur une date de production à échelle industrielle, confirme que les techniques de gravures sur isolant (SOI) ont encore de beaux jours devant elles.

Article

LinuxFrench : LinuxFrench.net ouvre un fonds documentaire

Lorsqu’on souhaite effectuer une présentation des logiciels libres, il est souvent bien difficile de trouver des sources, des chiffres, ou des articles. LinuxFrench vous propose donc un fonds documentaire constitué d’articles, de références, de chiffres etc. "prêts à l’emploi".

Article

Les Infos : TrackBird recense les machines sous LINUX

STRIA, spécialiste dans le domaine des solutions d’inventaires de parcs sous Windows et Macintosh, s’attaque désormais à LINUX et aux terminaux points de vente d’IBM sous OS/2, en développant de nouveaux collecteurs pour sa suite logicielle TrackBird. En effet, la solution TrackBird qui gérait déjà les ressources matérielles, logicielles et réseaux des parcs hétérogènes (PC/Macintosh), peut désormais recenser les plate-formes LINUX et détecter toutes les applications s’y rapportant, notamment tous les éléments spécifiques à LINUX.

Article

01Net : L’ombre de Linux plane sur AIX

Le fabricant IBM lance son premier serveur Power PC sous Linux et marginalise ainsi l’Unix maison.
L’entrée de gamme p630, équipée du Power4, est ainsi annoncée comme deux fois moins chère qu’un serveur HP équivalent utilisant la puce Intel. IBM veut donc faire mentir ceux qui considèrent que Linux n’a pas d’avenir hors de la plate-forme Intel.

Il a donc modifié le système pour qu’il exploite au mieux les fonctions d’administration, de clustering et de sécurité des pSeries. Par ailleurs, les logiciels Websphere, DB2 et Tivoli ont aussi été portés sur Linux pour Power PC. Leurs versions préliminaires seront même gratuites pour les développeurs.

Reste qu’en mettant l’accent sur Linux, c’est AIX qui se trouve une fois de plus marginalisé. Il y a quelques années, AIX, SCO et Linux devaient fusionner pour créer un Unix standard sur plates-formes Intel et Power PC.

Article