TOOLinux

Le journal du Libre

Revue de presse francophone

mercredi 11 décembre 2002

Branchez-vous : Microsoft pourrait éditer des logiciels Linux dès 2004

C’est du moins ce que prévoit la firme d’études Meta Group ; Microsoft pourrait adapter pour Linux des logiciels de services Web et de serveurs dès la fin de l’an 2004, ceci même si le géant de Redmond a toujours démenti qu’il éditerait un jour des logiciels pour ce système d’exploitation.

À l’heure actuelle, Microsoft n’a officiellement aucune intention de porter ses applications serveurs vers Linux, bien au contraire. Il y a quelques semaines, la fuite d’un document interne critiquant les logiciels libres avait soulevé l’indignation de la communauté Linux qui considère que son système d’exploitation est non seulement gratuit, mais également plus sécuritaire et plus stable. Microsoft a par la suite adouci sa position.

Article

Le Monde Informatique : Microsoft obligé de se tourner vers Linux selon le MetaGroup

Microsoft lancera ses propres logiciels fondés sur le noyau Linux en 2004 selon le MetaGroup. Si l’entrée de l’éditeur de Windows dans l’Open Source constitue une sorte d’arlésienne dans le monde des éditeurs, le cabinet d’études affirme que cette fois la société dirigée par Bill Gates ne pourra y échapper. Et pour cause : les oracles du MetaGroup prévoient que d’ici 2007 les distributions Linux représenteront plus de la moitié des logiciels serveurs utilisés par les entreprises. Soit deux à trois fois plus qu’aujourd’hui.
Du coup le cabinet d’études affirme qu’à partir de 2004 "les principales applications propriétaires de Microsoft auront progressivement droit à leur version sous environnement Linux, ce qui inclut notamment SQL Server, IIS et Exchange".

Article

LinuxFrench : Caudium, un serveur applicatif déguisé en serveur web

Apache règne en maître absolu sur les serveurs web avec plus de 60% de part de marché. Même Microsoft n’arrive pas à contester cette place de leader, ses parts de marché plafonnent péniblement à 24%. Mais on oublie que le monde du logiciel libre propose autre chose que Apache, et Caudium semble lui aussi promis à un bel avenir.

Article

Internet-Addict : AMD dévoile son processeur réseau le plus rapide

AMD vient d’annoncer la naissance de son processeur destiné aux serveurs, le Athlon MP 2400+, immédiatement disponible.

Advanced Micro Devices vient de sortir son tout nouveau processeur destiné aux serveurs, le Athlon MP 2400+. Le but est évident : attirer de plus en plus de clients du côté serveur pour son marché des processeurs. L’Athlon MP 2400+ est le second d’AMD fabriqué avec la technologie 0,13 microns.

Article

TF1 : Hollywood et l’ado pirate

Un Norvégien de 19 ans est jugé pour avoir conçu un programme permettant de faire sauter les protections des DVD. Attaqué en justice par les studios hollywoodiens, il plaide non coupable.
Lors de la première journée d’audience, Jon DVD a plaidé non coupable. Il estime avoir simplement pallié une lacune qui l’empêchait de lire les DVD sur son ordinateur, qui tourne sous Linux. Si les lecteurs de DVD qui équipaient les PC et les Mac avaient les clefs nécessaires pour passer légalement outre la protection des DVD, les ordinateurs tournant sous Linux n’en avaient en effet pas. Mais pour les studios, cela ne constitue pas une excuse valable : "les DVD doivent être joués sur des équipements autorisés qui ne contournent pas les protections contre la copie", avancent-ils.

Article

Les Infos : TrackBird recense les machines sous LINUX

ISTRIA, spécialiste dans le domaine des solutions d’inventaires de parcs sous Windows et Macintosh, s’attaque désormais à LINUX et aux terminaux points de vente d’IBM sous OS/2, en développant de nouveaux collecteurs pour sa suite logicielle TrackBird. En effet, la solution TrackBird qui gérait déjà les ressources matérielles, logicielles et réseaux des parcs hétérogènes (PC/Macintosh), peut désormais recenser les plate-formes LINUX et détecter toutes les applications s’y rapportant, notamment tous les éléments spécifiques à LINUX.

Article

VNU : Apple met de l’IP dans FireWire

La firme de Cupertino a dévoilé sur son site de développement la version bêta d’une technologie mêlant TCP/IP et FireWire. Avantage d’un tel mariage : connecter les Mac, dès que le FireWire se sera affranchi de ses actuelles limites, à des réseaux locaux grande vitesse, trois fois plus rapides que l’actuel Ethernet Gigabit !
On comprend l’intérêt de ces derniers lorsqu’on sait que le FireWire, via le câble optique ou des techniques approchantes, pourrait permettre, à terme, des débits allant jusqu’à 3,2 Gbit/s (trois fois le débit de l’actuel Ethernet Gigabit), soit 400 Mo/s, l’équivalent de 20 chaînes de télévision haute définition ! Quant aux professionnels de la vidéo, de tels débits leur permettraient de disposer d’un regain de puissance pour accéder à des banques d’images en temps réel. Mais, le FireWire IP constituerait surtout les prémices de solutions de SAN (Storage Area Network) signées Apple, qui emboîteraient le pas à celles déjà proposées par d’autres fournisseurs. Quoi qu’il en soit, le californien voit certainement loin dans le domaine, sans quoi il n’aurait pas intégré le protocole au sein d’une extension du noyau de Mac OS X. Et chacun d’imaginer les vertigineuses possibilités offertes par des clusters de Xserve communiquant via ce FireWire à 3,2 Gbits/s !

Article

01Net : United Linux est-il en mesure de contrer Red Hat ?

Lancée mi-novembre, United Linux, distribution issue de la collaboration de SuSE, SCO, Turbolinux et Conectiva, devra batailler ferme pour contrer Red Hat sur le marché des serveurs d’entreprise. Les deux distributions semblent à égalité, seuls les services feront la différence.
« Concernant la stabilité de United Linux, le rythme des mises à jour sera de douze à dix-huit mois, ce qui est loin du rythme effréné choisi par certaines distributions, que constructeurs et éditeurs peinent à suivre dans leurs programmes de certification », déclare François Mauny. Et d’ajouter : « Le fait que Red Hat ait adopté un modèle payant pour sa distribution Advanced Server confirme le modèle économique choisi par United Linux [payant également, NDLR] et constitue une opportunité pour attirer chez nous les clients de Red Hat, à qui on a laissé croire que Linux pouvait être gratuit. »

Les deux distributions semblent donc à égalité ; seuls les services feront la différence. Un domaine qui actuellement se porte mal, avec beaucoup d’acteurs restés sur le carreau, dont Open Care. Alcôve (très orienté Debian), lui, a déposé son bilan pour ensuite être racheté par Genious.

Article

LinuxFr : Initiative pour libérer des graticiels ?

Comme chacun le sait, un graticiel (freeware) n’est qu’un logiciel gratuit. Pour Windows, il existe de très nombreux graticiels ; certains sont développés par des entreprises qui cherchent à se faire connaître avec un bon graticiel, d’autres sont faits par des particuliers qui n’ont d’autre motivation que la passion de programmer et/ou la fierté d’être l’auteur d’un logiciel.

Article