TOOLinux

Le journal du Libre

Revue de presse francophone

vendredi 13 décembre 2002

VNU : Le logiciel libre gagne l’infrastructure informatique

Linux s’impose à grands pas dans les entreprises. Pour autant, sont-elles prêtes à baser leur infrastructure informatique sur des logiciels libres ? Bull et le consortium Objectweb font ce pari...

Plus fort, Bull s’attaque au cœur du système d’information avec un quatrième package constitué des logiciels d’infrastructure Open Source du consortium Objectweb. C’est l’occasion de mettre un coup de projecteur sur cette initiative originale. Constitué il y a près d’un an par Bull, France Télécom R&D et l’Inria, le consortium Objectweb a pour but de promouvoir et de faire évoluer une plate-forme de logiciels libres développés par ses membres fondateurs. Il s’agit du serveur d’applications Jonas, de l’ORB (Object Request Broker) Jonathan et du JMS (Java Messaging Service) Joram. Ces trois logiciels peuvent fournir une base pour déployer des applications distribuées ou constituer un intergiciel (middleware en anglais) générique assurant le lien entre les bases de données et les logiciels d’application. Ce socle devrait à l’avenir s’enrichir de nouvelles fonctionnalités d’intégration, de portail, d’un environnement de développement…, suivant en cela l’évolution des serveurs d’applications du marché qui tendent à devenir des "tout-intégrés" d’infrastructure

Article

Boursier.com : Prologue Software : Christian Leonetti prend en charge le redressement de la société

Christian Leonetti, actuel Directeur Général de Prologue Software va succéder à Georges Seban en tant que Président du Directoire de la société. Cette passation de pouvoir était prévue de longue date et se déroulera donc "en douceur" selon Georges Seban. Prologue Software se donne comme objectif un retour à la croissance en 2003 grâce à un recentrage sur 3 pôles stratégiques, l’édition de logiciels (particulièrement Linux), les échanges de données professionnels et ASP ainsi que la sécurité.

Article

01Net : Red Hat évolue

L’éditeur Red Hat déclinera sa distribution Advanced Server pour la CAO et les télécoms.

Analyse de Décision Micro : En attaquant des marchés plus verticaux, Red Hat va devoir affronter une nouvelle concurrence. Ce n’est pas tant Windows qui est visé que Sun et HP dans le domaine des télécoms, voire Apple dans la création graphique.

Article

Informatique pour tous : Un cyber-ado très doué...

Il n’a que 19 ans, est norvégien et s’appelle Jon Joahnsen.

Vous ne le connaissez peut-être pas mais c’est une référence pour les pirates du monde entier et aussi la bête noire des studios hollywoodiens.

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il soit vraiment un surdoué de l’informatique... aujourd’hui devant les tribunaux.

Car il a conçu un programme DeCSS, très largement diffusé sur Internet, qui fait sauter la protection des DVD, ce qui permet donc à un utilisateur d’en faire la copie.

Article

01Net : Les cabinets d’études se penchent sur la rivalité entre Linux et Windows

Une batterie d’études comparatives entre Linux et Windows ont été rendues publiques ces dernières semaines. Leurs résultats sont surprenants, voire contradictoires...

Si l’on suit le raisonnement du Meta Group, Linux devrait voir passer ses parts de marché de serveurs, actuellement d’environ 20 %, à près de 50 % en deux ans. Et ceci, malgré un coût total de possession plus élevé que son concurrent Microsoft Windows 2000 !

Car le coût total de possession (TCO : Total Cost Ownership) de serveurs Linux serait plus élevé que celui de serveurs Windows 2000 sur cinq années, selon une des dernières études publiées par IDC.

Après avoir interviewé les responsables techniques de 104 sociétés américaines, les analystes d’IDC sont parvenus à des résultats surprenants. S’il est vrai que Linux revient moins cher en tant que serveur Web, Windows 2000 coûte de 11 à 22 % moins cher que son homologue open source, en tant que serveur d’impression, de fichiers, ainsi que pour les applications de sécurité et les infrastructures réseau.

Article

Oki met la couleur
à la portée des PME

Le constructeur lance une gamme d’imprimantes LED couleur démarrant à moins de 1000 euros. Et ambitionne de doubler sa part de marché dans les 18 mois à venir.
Pour l’heure, deux modèles sont proposés. Le modèle de base, C5100n, équipé de 32 Mo de mémoire vive, tourne exclusivement sous Windows tandis que le modèle C5300n supporte différents systèmes d’exploitation, dont Mac OS X, Mac OS 8.6, Citrix Metaframe 1.8 ou XP 1.0 et différentes variantes d’Unix et de Linux. L’appareil est pourvu d’un processeur à 400 MHz, de 64 Mo de Ram et, en option, d’un disque dur de 10 Go lui permettant de faire office de serveur d’impression. Les langages Postscript niveau 3 et PCL5 sont supportés, ainsi que les émulations Epson FX et IBM Proprinter.
Tous deux peuvent recevoir en option un module pour l’impression recto-verso automatique et un second introducteur de papier d’une capacité de 530 feuilles. Ils assurent une production moyenne de 50 000 pages par mois et acceptent des papiers de différentes épaisseurs, à savoir de 75 à 105 grammes en recto-verso automatique et de 60 à 213 grammes en impression standard. Des bannières allant jusqu’à 120 cm peuvent également être produites en un seul passage. Outre le calibrage automatique, les « drivers » permettent aux utilisateurs avertis de régler un nombre impressionnant de paramètres, d’introduire des filigranes ou des en-têtes et pieds de pages pré-enregistrés. Des mots de passe permettent aussi de mettre les sorties à l’abri des regards indiscrets.

Article

01Net : L’ombre de Linux plane sur AIX

Le fabricant IBM lance son premier serveur Power PC sous Linux et marginalise ainsi l’Unix maison.

Il a donc modifié le système pour qu’il exploite au mieux les fonctions d’administration, de clustering et de sécurité des pSeries. Par ailleurs, les logiciels Websphere, DB2 et Tivoli ont aussi été portés sur Linux pour Power PC. Leurs versions préliminaires seront même gratuites pour les développeurs.

Reste qu’en mettant l’accent sur Linux, c’est AIX qui se trouve une fois de plus marginalisé. Il y a quelques années, AIX, SCO et Linux devaient fusionner pour créer un Unix standard sur plates-formes Intel et Power PC.

Article

LinuxFrench : Test de la Mandrake 9.0, épisode 2

Il y a quelque temps déjà, vous avez pu lire dans nos colonnes un article présentant un test de la Mandrake 9.0 (article titré Mandrake 9 : TESTs !), écrit par nous trois (Aegir, Albert, Jean-Claude).
Mais la chose la plus importante à mes yeux est que pour la première fois depuis que je fais du prosélytisme pour GNU/Linux, j’ai enfin réussi à faire migrer trois utilisateurs (très motivés par les performances) d’un autre système d’exploitation vers Mandrake pour un usage professionnel, je précise que l’un d’entre eux à fait son installation tout seul (il n’avait jamais installé GNU/Linux) et ne m’a annoncé cette installation une semaine plus tard en me disant sa satisfaction et son étonnement. Je suis attentivement leur utilisation et jusqu’ici, je n’ai eu qu’à les renseigner par téléphone ou par courriel pour les aider à peaufiner leur Mandrake 9.0.

Article