TOOLinux

Le journal du Libre

Ubuntu adopte OpenStack au détriment d’Eucalyptus

lundi 16 mai 2011

La nouvelle est tombée cette semaine, les futures versions de l’offre de cloud d’Ubuntu utiliseront la technologie <a
href="http://www.openstack.org/">OpenStack. C’est lors d’une réunion des développeurs à Budapest en Hongrie que l’annonce a été faite.

Ubuntu Server 11.10 inclura donc OpenStack comme base de la solution Ubuntu Enterprise Cloud (<a
href="https://help.ubuntu.com/community/UEC" target="_blank">UEC). La version serveur comportera un ensemble d’outils pour aider les utilisateurs à migrer d’<a
href="http://www.eucalyptus.com/">Eucalyptus vers OpenStack.

<a
title="Karmic Koala (Ubuntu 9.10) sera dopé à l’Eucalyptus" href="http://philippe.scoffoni.net/karmic-koala-mangera-de-leucalyptus/" target="_blank">Eucalyptus apparu avec la version 9.04 sera maintenu comme une application à part entière. Les utilisateurs de la version LTS (Long Term Support) 10.04 ont donc jusqu’en avril 2015 pour effectuer une éventuelle migration.

OpenStack est un projet initié par la NASA et l’hébergeur américain Rackspace. Les ambitions annoncées ne sont pas des moindres : faire de ce projet un des standards de l’industrie. Une ambition commune <a
title=" Open Source Cloudware Initiative, encore une…" href="../open-source-cloudware-initiative-encore-une/">à bien d’autres initiatives dans le domaine. Parmi <a
href="http://www.openstack.org/community/">les soutiens au projet OpenStack on trouve les noms de sociétés comme Citrix, Dell, AMD ou encore Intel.

Canonical n’a pas donné de raisons précises pour ce changement d’orientation. Il faut néanmoins savoir que les composants du cœur d’Eucalyptus sont sous licence open source. La société qui porte le projet réserve certaines fonctionnalités avancées pour la version commerciale de son produit. Certains ont également <a
href="http://www.virtualizationpractice.com/blog/?p=5987" target="_blank">exprimé leur inquiétude sur le fait qu’Eucalyptus repose sur l’<a
href="http://fr.wikipedia.org/wiki/Interface_de_programmation">interface de programmation (API) d’<a
href="http://aws.amazon.com/fr/ec2/">Amazon EC2 ce qui limite le nombre d’offres de cloud computing publiques qui puissent être utilisées pour héberger une instance d’une machine virtuelle.

<a
href="http://blogs.vmware.com/vcloud/2010/02/a-quick-comparison-of-vmware-vcloud-and-amazon-ec2-apis.html" target="_blank">Vmware a également montré du doigt le fait que l’API EC2 soit propriétaire (l’hôpital se moque-t-il de la charité ?) même si Amazon autorise sa réutilisation dans des projets comme Eucalyptus. Marten Mickos, CEO d’Eucalyptus Systems, <a
href="http://www.networkworld.com/news/2010/082510-eucalyptus-strengthens-its-back.html" target="_blank">a insisté sur le fait que l’API EC2 d’Amazon était de facto un standard, car largement utilisée dans l’industrie de l’informatique.

Canonical ne peut pas avoir non plus ignoré que pas moins de 53 sociétés ont rejoint l’initiative OpenStack. Un autre fait a ajouter à cette longue liste est le <a
href="http://www.talkincloud.com/red-hat-eucalyptus-partnership-countering-openstack-clouds/" target="_blank">rapprochement qui avait eu lieu fin 2010 entre Red Hat et Eucalyptus.

On peut donc imaginer bien des raisons à ce revirement. Personnellement, je pencherais en faveur de la montée en puissance d’OpenStack face à ces autres concurrents.

<a
title="OpenStack : une plateforme de cloud computing open source de plus" href="http://philippe.scoffoni.net/openstack-plateforme-cloud-computing-open-source/" target="_blank">Pour en savoir plus sur OpenStack

Philippe SCOFFONI