TOOLinux

Le journal du Libre

Un coup d’oeil sur LindowsOS

dimanche 27 janvier 2002

"L’installation est trop simple", s’exclame la journaliste. Si un option permet l’installation de Lindows depuis Windows, il n’est pas prévu de faire coexister plusieurs versions de distributions Linux côte-à-côte. C’est donc la mort dans l’âme que Tina dut se résoudre à faire ses premiers adieux à Mandrake 8.1. Durant le processus d’installation, aucune option n’est proposée, même pas un choix de langue, un fuseau horaire et encore moins X11. Les plus chevronnés s’étonneront de ne pas avoir la possibilité de créer d’autres comptes que le seul "root", identité sous lequel s’identifiera l’utilisateur à sa première connexion. LindowsOS semble également décourager l’introduction d’un mot de passe de connexion : sa perte pourrait en effet s’avérer fatale. Jusque là, le modèle Windows semble singé à la perfection. La sécurité est éludée. A l’utilisateur, ensuite, de protéger sa machine par lui-même, via la console, via le pare-feu, ou des logiciels de protection ad hoc.

Vient ensuite le temps de découvrir l’interface KDE proposée en standard. Et là, suprise, après avoir reconnu kdm, Konqueror et KMail, on se trouve face à... Xandros file manager. Le gestionnaire de fichiers a donc été emprunté à Corel Linux OS. En effet, il semblerait que Lindows se base essentiellement sur une pré-version de Xandros, successeur du système Corel, lui-même construit sur Debian Linux. Mais n’oublions pas la promesse : les applications Windows doivent fonctionner sur LindowsOS, via un procédé d’émulation au-moins aussi performant que celui qui permet à des applications MacOS Classic de tourner sous MacOS X. Et là, il semble que la présence de Windows aux côtés de Lindows soit encore nécessaire, ce qui devrait être corrigé d’ici à la version 1.0, prévue pour la fin du premier trimestre 2002. Sans Windows, il a donc été impossible à la journaliste d’employer Internet Explorer, Windows Media Player ou encore ICQ, malgré une procédure d’installation correctement effectuée. Nous sommes donc encore bien loin du résultat escompté, surtout au prix de 105 euros le CD d’évaluation.

Source : NewsForge
C.G.