TOOLinux

Le journal du Libre

Ce qu’il faut savoir sur HarmonyOS, le système d’exploitation de Huawei

jeudi 3 juin 2021

Privé des services Google, Huawei prend son destin en mains avec la présentation officielle de son propre système d’exploitation, baptisé HarmonyOS.

On en parle depuis plus de deux ans. Ce mercredi 2 juin 2021, le groupe chinois Huawei a dévoilé officiellement les moindres recoins de son nouveau système d’exploitation, HarmonyOS. Pas de révolution attendue, mais une intelligente synthèse entre Android et iOS. L’interface utilisateur reste d’ailleurs la même que sous Android, à savoir la couche EMUI : il n’ y aura pas de dépaysement visuel pour les utilisateurs actuels.

Techniquement, il semble que l’OS soit toujours un "fork" d’Android (c’est en tout cas ce que laissent penser les premières explorations du code). Durant la présentation, on a tout de même appris que le système est basé sur un micro-noyau avec une base Linux. Une version open source est d’ailleurs proposée, tout comme c’est le cas avec Chrome et avec Android, baptisée openHarmony et gérée par la Fondation OpenAtom. Le projet est hébergé sur Gitee.

Harmony se destine non seulement à ses smartphones et tablettes, mais également à d’autres appareils connectés comme les montres, les ordinateurs, les appareils domotiques ou électroménagers. Le maître-mot : la continuité entre les différents terminaux.

L’objectif de cette première présentation est de convaincre les développeurs, avec des outils et des promesses de commissions bien plus intéressantes (15%). Les applications seront en effet essentielles pour gagner une masse critique, que seuls Android et iOS sont parvenus à atteindre, au nez et à la barbe de Microsoft, qui rêvait également d’un Windows tout aussi passe-partout. Des outils sont déjà proposés (DevEco Studio), pour macOS et pour Windows, mais pas encore pour Linux.

HarmonyOS sera déployé, au cours des prochains mois, sur de très nombreux smartphones de la marque, y compris d’anciens modèles, en Chine puis en Europe. Objectif : équiper 300 millions d’appareils équipés d’ici fin 2021.

Un autre grand projet est également sur la table : convaincre d’autres constructeurs chinois de rejoindre cette aventure pour créer une alternative à Android. Xiaomi, Vivo et OPPO seraient déjà visés par cette main tendue consistant à partager à la fois le système d’exploitation HarmonyOS, mais également la boutique d’applications AppGallery, laquelle peine encore, en dehors de la Chine, à rassembler des applications essentielles (principalement américaines, comme Netflix ou Disney+).

Enfin, de nouveaux appareils ont été annoncés dans la foulée, tous sous HarmonyOS, notamment la montre Huawei Watch 3, des écrans MateView, les tablettes MatePad 11 et MatePad Pro 2021, ainsi qu’un aperçu des futurs P50 et P50 Pro, qui devraient être dévoilés officiellement dans les semaines à venir.

HarmonyOS : présentation en vidéo

Huawei France a publié sur Youtube une vidéo doublée en français de la présentation officielle de son système d’exploitation HarmonyOS.