TOOLinux

Le journal du Libre

Datacenters, cloud : comment la durabilité se met en ligne

lundi 26 octobre 2020

La crise a quelque peu relégué la question de la protection du climat au second plan ces derniers mois, mais le mouvement mondial des "Fridays for Future" a relancé le besoin d’une prise de conscience en matière d’action durable. L’impact du Cloud et d’Internet sur le climat fait également l’objet d’un débat croissant, explique l’hébergeur IONOS dans sa dernière tribune.

Et pour cause ! On dénombre aujourd’hui plus de 1,7 milliards de sites web dans le monde et les consommateurs privés utilisent de plus en plus les solutions de Cloud computing. Par ailleurs, on dénombre plus de 180 000 sites de e-commerce en France. A tout cela s’ajoutent les services de streaming, les e-mails et autres outils de messagerie.

Pour tout ce contenu, il faut de nombreux serveurs qui effectuent leur travail en continu dans des milliers de data-centers à travers le monde. Et ces data-centers consomment énormément d’énergie. De nombreux fournisseurs de services d’hébergement et de cloud computing considèrent donc avoir la responsabilité de devenir plus durables.

Des data-centers efficaces sur le plan énergétique

Par rapport à d’autres secteurs de l’entreprise, un data-center consomme une quantité d’énergie particulièrement importante. En plus des serveurs eux-mêmes, le système de climatisation en particulier nécessite beaucoup d’électricité, car les processeurs des ordinateurs génèrent enormement de chaleur. Ils doivent donc être refroidis et la chaleur générée doit être dissipée. "En utilisant des pompes, des moteurs, des ventilateurs et des systèmes de refroidissement plus efficaces sur le plan énergétique, nous avons obtenu une réduction de la consommation d’énergie de plus de 50 %", explique Marko Hilbert, responsable de l’infrastructure technique des datas centers IONOS. "Et dans les datas-centers les plus récents, nous nous appuyons sur ce qu’on appelle le free cooling - nous utilisons l’air extérieur pour refroidir les salles de serveurs. En outre, il est possible d’économiser de l’énergie grâce à des systèmes informatiques ajustables. Les serveurs ne fonctionnent alors plus à 100 % en continu, mais régulent leur consommation en fonction des besoins et utilisent des fonctions d’économie d’énergie.“

Virtualisation et gestion de l’énergie

La virtualisation des serveurs offre également un grand potentiel d’économies. "Il y a 15 ans, nous avons connu un boom des serveurs dits dédiés, c’est-à-dire à la disposition d’un seul client" explique Marko Hilbert. "Ils existent encore aujourd’hui, mais de nombreux clients ont maintenant découvert qu’ils n’ont pas besoin de la pleine puissance d’un serveur, ou du moins pas tout le temps". Nombre de ces tâches peuvent être remplacées par des serveurs cloud efficaces. Dans ce cas, la puissance de calcul est répartie par des logiciels intelligents et peut donc être utilisée par de nombreux utilisateurs en parallèle.

Le grand avantage des solutions de cloud computing par rapport aux serveurs dédiés est que les utilisateurs n’utilisent que les ressources dont ils ont réellement besoin. Les capacités peuvent être ajustées de façon dynamique. Par exemple, si une boutique en ligne lance une campagne en pleine période de soldes, une capacité de serveur supplémentaire peut être louée ponctuellement. Un autre effet secondaire agréable est que les coûts sont également réduits.

En introduisant un système ISO 50001 (c’est-à-dire un système certifié de gestion de l’énergie), les entreprises peuvent garantir une meilleure efficacité énergétique. Les flux d’énergie sont analysés et les économies potentielles sont enregistrées. Cette norme internationale peut être appliquée par les entreprises et est régulièrement révisée par des experts indépendants. Dans le cas de la société IONOS, un système ISO 50001 est en cours de développement depuis 2019, ce qui a déjà permis d’identifier de nombreux systèmes énergivores.

L’électricité verte

Il est évident que les datas-centers dans le Cloud, malgré toutes les optimisations, sont encore gourmands en énergie, et leur durabilité peut encore être améliorée notamment en achetant de l’électricité verte. De cette manière, il est possible d’économiser de grandes quantités de CO2 et de ressources fossiles tout en contribuant activement à la protection de l’environnement. L’électricité verte est souvent achetée en Scandinavie ou sur d’autres marchés étrangers. Ainsi les émissions sont réduites par l’achat des certificats correspondants, parce qu’il n’y a pas de possibilité d’acheter du "vrai" courant vert à un fournisseur local "Chez IONOS, l’électricité avec laquelle nous exploitons nos data-centers et nos immeubles de bureaux provient à 100 % de centrales hydroélectriques allemandes" En 2019, IONOS a pu économiser environ 34 000 tonnes de CO2.

Recyclage des équipements

Chaque ordinateur connait un jour une fin de vie. Les ordinateurs, serveurs ou accessoires vieillissants contiennent des matières premières précieuses. De nombreux appareils peuvent être reconditionnés et ainsi connaître une "deuxième vie". Et si cela n’est plus possible, des composants individuels peuvent encore souvent être utilisés. Pour cette raison IONOS, par exemple, indique coopérer depuis des années avec le partenaire de recyclage technologique AfB, qui rend le matériel plus durable. L’entreprise de recyclage s’occupe de tous les travaux nécessaires, comme le nettoyage et le reconditionnement, et vend les produits dans son propre magasin. Depuis, plus de 65 000 serveurs ont été recyclés, permettant d’économiser plus de 800 tonnes de CO2.

Un hébergement respectueux de l’environnement

Les étapes importantes vers la durabilité d’un fournisseur de services Cloud et d’hébergement sont donc des datas-centers qui sont aussi économes en énergie que possible et une conception optimisée des serveurs permettant la virtualisation, par exemple. En outre, l’achat d’électricité verte et le recyclage des équipements jouent un rôle important dans l’empreinte écologique de IONOS. La durabilité présente également un avantage financier pour les fournisseurs de services Cloud eux-mêmes : chaque watt d’électricité non nécessaire ne doit pas être payé - ici, l’écologie et l’économie vont de pair.

Source : IONOS (avec quelques modifications de la rédaction de toolinux)