TOOLinux

Le journal du Libre

DevOps : effets de la pandémie sur le secteur (étude)

vendredi 11 septembre 2020

Une enquête mondiale révèle que la France a connu une augmentation des incidents de 54 % et est en tête en termes de prestation d’heures supplémentaires. Au niveau mondial, 40 % des personnes interrogées estiment que le pire est à venir.

On doit cette étude à l’américain PagerDuty. Elle indique des retards importants et des annulations de projets, alors que la pression continue de s’exercer sur les équipes informatiques durant la pandémie qui sévit actuellement. L’enquête mondiale a été menée auprès de plus de 700 professionnels Dev et TI.

À l’échelle mondiale, 80 % des organisations ont connu une augmentation significative de la pression sur les services numériques depuis le début de la pandémie COVID-19. En France, les entreprises citent une augmentation de 54 % par rapport à il y a six mois, du nombre d’incidents quotidiens, ce qui se traduit par plus de 10 heures supplémentaires par semaine pour 36 % des praticiens TI et DevOps chargés de résoudre des incidents.

Les Français interrogés ont signalé la plus forte croissance de tous types d’incidents numériques (54 %) et n’étaient devancés que par le Royaume-Uni en termes d’heures supplémentaires. En outre, les travailleurs français du secteur informatique ont ressenti une pression plus forte que dans tout autre pays en raison des alertes sonores et de l’augmentation des pannes. En revanche, ils ont été les moins gênés par le manque d’informations et de données précises permettant de réagir rapidement, ou par l’éloignement des environnements de travail. La France s’est également distinguée en matière de facteurs qui ont facilité leur travail, déclarant que leurs équipes constituent l’élément le plus important de leur vie professionnelle.

Points clés de l’étude

Les praticiens TI et DevOps ont l’impression de jouer un rôle important dans l’économie. La principale raison pour laquelle les personnes interrogées restent à leur poste est liée aux équipes et à la camaraderie dans le domaine du DevOps et des TI (71 %). 58 % se disent reconnaissants d’avoir la possibilité de jouer un rôle à part entière dans l’économie numérique

Cependant, ils craignent d’être dépassés par le volume de travail important. 53 % des personnes interrogées ont déclaré que la pression pour assurer un fonctionnement optimal des services numériques a atteint des niveaux sans précédent au cours des 3 à 6 derniers mois.

46 % des praticiens se sentent dépassés lorsqu’ils pensent aux 12 prochains mois et estiment que le volume de travail à l’avenir sera important. 79 % des praticiens DevOps et TI estiment que l’accélération numérique doit être la priorité numéro un de leur entreprise en 2021.