TOOLinux

Toute l’actu Linux & Open Source

Inflation et Cloud : comment faire fasse à la hausse des prix ?

mardi 20 septembre 2022

La hausse récente des prix de l’énergie impacte fortement le secteur de l’IT et l’une des sources de dépense énergétique la plus importante est l’hébergement au sein de datacenters. L’inflation est là : comment la juguler ? Nous avons posé la question à Thomas Lanaute (BSO).

L’alimentation, l’activité et le refroidissement des datacenters sont très énergivores. Cette hausse des tarifs impacte donc logiquement les exploitants propriétaires de ces datacenters mais aussi indirectement leurs clients. De plus, de nombreuses d’entreprises hébergent une partie de leurs données dans des cloud privés, opérés par des tiers ou sur des plateformes IaaS opérées par des fournisseurs tiers, non considérés comme des mastodontes du cloud et s’adressant plutôt aux segments midmarket.

Bien que ces fournisseurs détiennent aujourd’hui environ 80% du marché du cloud, les impacts de la hausse des coûts de l’énergie sur un fournisseur de cloud privé ou IaaS indépendants sont bel et bien présents.

Pour Thomas Lanaute, Sales Director Europe de BSO, cette ‘cloud-inflation’ exerce forcément un impact sur l’économie IT française et globale. « Il ne faut pas voir la hausse des prix de l’électricité comme une fatalité » souligne Thomas Lanaute. « Il existe des solutions alternatives aux géants du cloud public. Par exemple, le fait de passer par un acteur cloud du midmarket permet d’optimiser les coûts car ils proposent une suite de services (cloud, connectivité, accompagnement, infrastructure…) permettant de diminuer l’impact d’une hausse des prix à l’échelle du client. Ainsi, le client pourra mieux juguler la hausse des prix. »

Par ailleurs, les entreprises s’engageant vers le move to cloud ou souhaitant optimiser leur stratégie cloud sont de plus en plus nombreuses à "se tourner vers des solutions de clouds hybrides pour différentes raisons : sécurité des données, souveraineté, accompagnement Devops et bien sûr le coût. Ce dernier critère étant assurément imprévisible et soumis à de fortes fluctuations lorsque le client est hébergé chez des fournisseurs tels qu’AWS, GCP ou Azure".

Thomas Lanaute (BSO) estime qu’utiliser et gérer ses environnements cloud de manière plus intelligente et plus proactive peut se faire en "envisageant un modèle cloud hybride/multi-cloud, qui pourrait permettre aux entreprises d’économiser du temps et de l’argent, et ainsi, de compenser la hausse des coûts de l’énergie".