TOOLinux

Le journal du Libre

Le webmail indépendant d’Infomaniak livre ses secrets

vendredi 21 mai 2021

L’exception suisse se confirme. Le webmail d’Infomaniak fêtera ses 20 ans en 2023. Il se pose aujourd’hui déjà en alternative souveraine à Gmail. Voici comment c’est possible.

Nous vous en parlions encore dans notre édition du 20 avril à l’occasion de la sortie du service ik.me en dehors de la Suisse, le webmail d’Infomaniak a connu un regain d’attention ces derniers mois, puisqu’il se présente en alternative gratuite, indépendante et souveraine à Gmail.

Dans un article de blog, son éditeur revient sur la naissance du service et son évolution au fil des années.Il faut dire qu’Infomaniak a lancé son Webmail en 2003, donc avant la sortie de Gmail. L’idée : ne pas dépendre d’une technologie qui échapperait à la maîtrise de l’entreprise.

« En 2003, Gmail n’existait pas encore et les webmails existants avaient des interfaces austères. Nous avons donc décider de développer notre propre webmail pour avoir une solution moderne qui s’adapte parfaitement à notre infrastructure. Cela a été le premier gros projet interne d’Infomaniak, hormis la console d’administration 100% maison qui gérait déjà toute notre offre d’hébergement web et mail. » Johann Gouin, Development Manager

Le défi technologique pour un écosystème 100% indépendant est de taille : délivrabilité, spams, virus, fiabilité, protection contre le phishing, normes de sécurité SPF, DKIM et DMARC, mais aussi la sauvegarde et la restauration automatiques. Aujourd’hui, l’infrastructure autour du webmail est redondée : le système bénéficie des avancées de l’infrastructure cloud de l’hébergeur suisse : "Il y a désormais 2X moins de machines physiques mais le double de VM (machines virtuelles). Nous sommes passés de 200 à 100 machines redondées, ce qui allège la charge environnementale liée à la production des serveurs et à la consommation électrique et augmente la fiabilité du service". La plupart des technologies qui entourent le webmail sont d’ailleurs open source.

La partie serveur de stockage est désormais séparée de l’IMAP : "Ces serveurs utilisent ZFS pour fournir des snapshots de backup facilement aux utilisateurs. ZFS permet également une compression des données de l’ordre de 15%". Parallèlement, l’architecture du WorkSpace comprend des hyperviseurs KVM avec des MDA séparés ainsi que des hyperviseurs dédiés à l’indexation.

Lisez "Un Webmail 100% indépendant : Infomaniak propose une alternative aux GAFAM qui fait figure d’exception"