TOOLinux

Le journal du Libre

Pourquoi la France a besoin de réseaux 5G souverains et interopérables

vendredi 12 février 2021

Après les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la Russie et la Chine, la France est l’un des derniers pays au monde à adopter un cadre juridique tendant à garantir la sécurité et l’interopérabilité de ses réseaux 5G. Certaines entreprises s’en félicitent.

En France, la décision du conseil constitutionnel du 5 février dernier a permis de confirmer le principe de l’autorisation administrative préalable des équipements de télécommunication 5G, notamment à des fins de sécurité et de souveraineté. Les équipements qui garantissent les niveaux de souveraineté les plus élevés se retrouveront ainsi renforcés.

Trois acteurs français du domaine, Amarisoft, Nexedi et Rapid.Space, ont publié un communiqué commun pour saluer cette décision.

Pour Franck Spinelli, Président d’Amarisoft : "La technologie vRAN lancée il y a 8 ans permet d’assurer à moindre coût l’interopérabilité des équipements 4G/5G, quel que soit le fournisseur. Elle offre également la seule garantie possible et sérieuse de souveraineté : l’accès intégral au code source."

Jean-Paul Smets, PDG de Rapid.Spac, est lucide : "Les opérateurs français ont cessé d’innover et de faire jouer la concurrence. Ils ont désormais 4 ans de retard par rapport aux opérateurs américains ou japonais dans le domaine du vRAN".

Franck Spinelli appelle l’État à "intensifier son action pour que les opérateurs français ne soient plus de simples sociétés de marketing et de vente d’abonnements mais adoptent dans les plus brefs délai les technologies souveraines françaises ou européennes qui sont disponibles aujourd’hui".