TOOLinux

Le journal du Libre

A. Fauveau (AgoraCMS) : "La quête du CMS universel est similaire à celle du meilleur langage de programmation"

lundi 7 avril 2014

L’événement Web et CMS dédié aux chefs de projets Web technique et marketing est de retour. AgoraCMS, dont TOOLinux est partenaire, se déroulera le 25 avril à Paris 13e.

L’interview d’Armel Fauveau

Durant la keynote, vous allez parler des nouveaux entrants de 2014 ? Qui sont-ils ?

La keynote d’ouverture d’AgoraCMS sera l’occasion de faire un état des lieux global sur les CMS en 2014. Nous parlerons bien entendu des principaux, de la nouvelle version de Wordpress 3.9 et également du très attendu Drupal 8.

Parmi les spécificités des CMS que nous présenterons, il y aura :

- Ametys, qui présente la particularité de stocker l’intégralité des pages au format XML-Docbook, permettant ainsi de séparer les contenus du rendu.
- Lutèce, l’outil de portail Web Java, développé et présenté par la Mairie de Paris.
- Jahia et son positionnement original, réunissant à la fois portail Web et CMS.
- Rubedo et son support RWD (Responsive Web Design) natif.
- Adobe Experience Manager, solution globale portée par Adobe, éditeur de plus en plus actif sur le sujet.

Des conférences d’introduction, dédiées spécifiquement à ces différents CMS seront également proposées toute la journée. À noter également une conférence sur les « Flat File CMS », probablement l’une des tendances de 2014.

Y a-t-il aujourd’hui un CMS universel ou un bon CMS par type de projet ?

La quête du CMS universel est similaire à celle du meilleur langage de programmation : cette quête est sans fin et sujette à « troll ». Si Wordpress et Drupal tiennent le haut du pavé en terme de volume et de visibilité, de nombreuses autres solutions sont à étudier. Un DSI doit forcément avoir en tête tout un tas de critères, en particulier :

- L’intégration du CMS à un environnement global : une entreprise utilisant Java aura peut-être intérêt à utiliser une solution comme Ametys, Lutèce ou Jahia afin de rester à socle technique constant.
- La disponibilité et le coût journalier d’un développeur : les profils Typo3 sont rares, un développeur / expert Drupal peut coûter entre 600 et 1200 euros par jour, etc.
- Le périmètre fonctionnel des projets, toujours très variable.

A ce titre, la gestion de contenus peut prendre des formes très diverses. Un simple Portfolio ou un Blog à faible trafic seront très éloignés des exigences d’un site de contenu Business et multi-rédacteurs nécessitant un workflow de validation souvent complexe. Idem s’il est question d’e-Commerce avec un tunnel d’achat à mettre en place.

C’est pour cela que l’écosystème des CMS est extrêmement riche et continue encore de s’étoffer. Comme souvent, il convient donc d’être agile dans ses choix. Le CMS universel n’existe pas. Mais il existe toujours un CMS proche de vos besoins qu’il sera possible d’ajuster en fonction du projet.

Réfléchit-on encore CMS sans réfléchir mobile et application mobile, aujourd’hui ?

Avec l’explosion des smartphones et tablettes, les usages changent. Et s’il fallait retenir une approche, ce serait probablement celle portée par un expert comme Luke Wroblewski : « Mobile First » ! Pour faire simple, cette approche suggère de privilégier la construction d’une interface adaptée et optimisée aux terminaux mobiles, prenant en compte en particulier la taille de l’écran, puis dans un second temps, de penser l’ensemble à l’attention des terminaux desktop.

Les CMS ont naturellement tendance à encourager ce nouveau paradigme et à déjà en tenir compte. C’est une des préoccupations majeures de la future version Drupal 8. De son côté, Wordpress propose de nombreux thèmes allant dans ce sens également. On voit même fleurir des CMS intégrant l’approche Mobile First et le RWD très en amont, dans leurs couches basses. C’est le cas de Rubedo, déjà cité.

Quelques remarques cependant : même si les CMS apportent des solutions, ne pas perdre de vue que l’accès au contenu reste la priorité. Et il convient donc toujours de réfléchir à la meilleure façon de le mettre en avant. Prendre en compte également la cible, le profil type des visiteurs, etc. Le navigateur qu’ils utilisent supporte-t-il l’usage des « media queries » par exemple ? Il est parfois plus prudent de s’en tenir au « Content First ».

Le référencement a-t-il changé pour un site web dynamique ?

Dès qu’il est question de référencement, on pense évidemment à Google. La firme de Mountain View a particulièrement marqué l’année 2013. D’une part, elle a mis à jour et déployé ses filtres tant redoutés (Panda et Penguin). D’autre part, elle a levé le voile sur son nouvel algorithme de pertinence (Hummingbird).

A ce titre, la lecture régulière du Blog de Matt Cutts, responsable de l’équipe Webspam de Google, prouve que l’actualité en terme de référencement reste riche… même s’il convient de prendre du recul par rapport aux propos de Matt qui, s’il communique beaucoup, se garde bien aussi de tout dire.

En 2014, l’intégration des réseaux sociaux au référencement semble être une nécessité. Les réseaux sociaux sont omniprésents et permettent de démultiplier la visibilité et la réputation. Un meilleur ciblage des mots clés et l’usage des données enrichies et des micro-données sont également recommandés. C’est essentiel pour aider les outils de Google à mieux comprendre votre contenu. Enfin, même si cela peut sembler une évidence, il apparait indispensable de produire du contenu de qualité qui, parce qu’il sera intéressant et pertinent, sera largement partagé par les visiteurs. C’est ce que l’on appelle le « content marketing ».

D’un point de vue générale, la majorité des CMS comme Drupal ou Wordpress proposent en natif un bon niveau de référencement naturel. Et la bonne maîtrise du référencement naturel reste toujours aujourd’hui un élément clé. Ensuite, de nombreux plugins peuvent venir affiner l’ensemble et tentent de coller au plus près des nouveaux critères. On peut citer par exemple WordPress SEO, plugin qui existe depuis de très nombreuses années et régulièrement mis à jour.

Une conférence sur « Comment rater son référencement en 10 étapes » sera, avec humour, l’occasion de se rafraîchir les idées sur ce sujet hautement stratégique.

Le thème du web design sera abordé cette année. Qu’est-ce qui a changé fondamentalement avec la mobilité ?

Effectivement, une conférence mettra en lumière les « 10 tendances 2014 du Web Design ». En matière de Web Design, 2014 sera clairement sous le signe de la mobilité. La mobilité bouleverse les habitudes et les comportements des utilisateurs. Pas moins de 72% des Français ont navigué via leur mobile sur le Web en 2013 et 4 millions d’entre eux disposent à la fois d’un smartphone et d’une tablette. Dès lors, il apparaît nécessaire de prendre en compte cette multiplicité des écrans, de tailles et de résolutions. Il sera évidemment question, encore une fois, de Responsive Design mais aussi d’Adaptive Design. Il faut réinventer l’ergonomie, la façon de naviguer, penser « touchscreen friendly », etc.

Quels sont les métiers du CMS à fort potentiel aujourd’hui ?

Les développeurs Drupal sont très recherchés, qu’ils soient débutants ou confirmés. Il est possible de développer une réelle expertise autour de ce CMS, souvent retenu pour des projets stratégiques à gros budgets. Cette expertise touche aussi la gestion de projets. Avoir un bon « background » autour de Drupal est aujourd’hui très valorisant. Mais les développeurs Wordpress ne sont pas en reste. Avoir de solides connaissances des APIs de Wordpress et être capable d’écrire des plugins répondant à des problématiques métiers sont également des qualités très recherchées.

Merci à Armel Fauveau d’avoir répondu à nos questions.

Co-fondateur et Directeur Technique de la société Globalis, ce dernier "gravite" autour de la plate-forme PHP et des technologies Web, depuis plus de 17 ans. Il a participé à divers projets Open Source dont phpMyAdmin. Il co-auteur du Mémento Performances Web (Eyrolles) et auteur de la préface du livre Performance PHP, chez le même éditeur.

Liens :

- AgoraCMS
- Le programme en ligne
- Inscription en ligne (Prix : EUR 80,-)