TOOLinux

Le journal du Libre

Doit-on abandonner les applications héritées ?

vendredi 5 avril 2013

En cas de dysfonctionnement, la décision de mettre à jour et de continuer à utiliser ces systèmes existants plutôt que de les remplacer par des applications de dernière génération, est une tentation. Pour autant, il convient de bien étudier la pertinence d’une telle piste.

Ainsi, de nombreuses organisations ont, par exemple, adapté leurs systèmes mainframe pour faire face aux charges de travail de nouveaux utilisateurs en ligne et mobiles. Mais il y a une stigmatisation autour des « vieilles » technologies qui pousse beaucoup d’utilisateurs à vouloir migrer vers les dernières technologies.

Désormais, les préoccupations environnementales conduisent, dans de nombreux domaines, à la réutilisation et au recyclage, alors pourquoi ne pas recycler les anciens systèmes informatiques et les réutiliser en tant que composants derrière des interfaces utilisateurs plus récentes ? De plus, avez-vous vraiment le temps de réécrire une nouvelle version de ce que vous avez déjà en cours d’exécution ? Tout cela amène à la création de nouveaux systèmes informatiques en combinant le meilleur de l’ancien et du nouveau tout en évitant d’avoir à construire de nouveaux systèmes de A à Z.

En choisissant de réutiliser des applications héritées, il est tout de même nécessaire de s’assurer de leur capacité à être performantes. Un composant de l’application qui a connu des taux d’utilisation faibles dans le passé peut soudainement être massivement utilisé.

À faibles volumes de transactions, les performances des applications et l’utilisation des ressources pourraient ne pas être un problème, mais les hausses soudaines de volume à la suite de la réingénierie nécessitent de mettre l’accent sur la performance des applications.

Pour maintenir des niveaux de service élevés lors de volumes de transaction élevés, il est important de s’assurer que les applications sont performantes et disponibles ; on peut alors définir les ressources nécessaires au bon fonctionnement : CPU, ressources processeurs… Il est tout de même important de noter que le matériel mainframe utilisé aujourd’hui est aussi moderne et durable que tout autre matériel informatique et les applications héritées ont résisté à l’épreuve du temps gardant les systèmes informatiques des grandes entreprises opérationnels depuis plus de 50 ans.

En faisant évoluer sa plateforme mainframe, il est alors possible de capitaliser sur les déploiements réalisés et de bénéficier d’un environnement stable et générateur de productivité.

- Philip MANN

    Il est consultant et expert en gestion de performance Mainframe. Il travaille sur l’environnement mainframe IBM depuis plus de 30 ans, dont plus de 10 avec Macro 4.