Toolinux Linto.AI OpenPAAS OBM Hubl.IN Linagora

Goobuntu laisse place à gLinux et Fuchsia OS se dévoile

dimanche 21 janvier 2018

Comme beaucoup d’autres entreprises, Google utilise un grand nombre de systèmes d’exploitation en interne : ChromeOS et Android, bien sûr, mais également Windows et macOS. Depuis 5 ans, là où Linux s’imposait, Google disposait de sa propre version de la distribution Ubuntu, baptisée Goobuntu. Il s’agissait grosso modo d’une version légèrement modifiée d’Ubuntu LTS pour coller aux besoins de Google.

Mais voilà, le partenariat avec Canonical se termine. Google a décidé de lancer une transition vers gLinux, une distribution basée sur Debian Testing (la future Debian 10). La nouvelle a été annoncée lors de la conférence DebConf en août dernier, mais elle était passée relativement inaperçue jusqu’ici.

La migration est déjà en cours (Google a mis en place un système de transition pour ses salariés).

Tout à gagner pour Debian

Pourquoi avoir abandonné Goobuntu ? Google souhaitait contribuer au projet communautaire Debian plutôt qu’à Ubuntu directement. L’air de rien, cette collaboration va permettre aux utilisateurs classiques de Debian de disposer des bonifications et corrections apportées par les ingénieurs de Google au projet.

Si vous pensez déjà à installer gLinux sur votre ordinateur, il est peu probable que la distribution voit le jour pour le grand public. Elle devrait rester uniquement disponible à usage interne, contrairement à Fuchsia OS, la future fusion entre Android et ChromeOS.

Fuchsia OS en approche

Si Android domine largement le marché des smartphones (on lui prête 60% du marché), Google a besoin d’un système plus flexible, d’où la volonté de tout reprendre depuis le début.

Google a ainsi lancé un projet de très grande ampleur, sous le nom de code Fuchshia OS. Ce chantier de longue haleine commence à faire parler de lui.

Le Pixelbook, dernier ordinateur portable hybride de Google, a été choisi pour faire évoluer son futur OS. Les dépôts Git sont eux aussi de sortie pour l’occasion. Contrairement à Android et à ChromeOS, pas de noyau Linux à bord : les équipes de google ont créé un nouveau noyau, Magenta, optimisé notamment pour l’ère des objets d’internet.

Dans cette version encore très expérimentale, voici à quoi le système ressemble :

Les premiers utilisateurs l’avouent : à peu près rien ne fonctionne correctement et le mode sans échec est requis pour lancer le système. Sans doute faudra-t-il attendre Google I/O 2018 pour en savoir davantage.

Source : ItsFOSS

C.G.

style="display:block; text-align:center;"
data-ad-layout="in-article"
data-ad-format="fluid"
data-ad-client="ca-pub-3482614984814397"
data-ad-slot="4210779777">