TOOLinux

Le journal du Libre

Gratuité, plaie du web ?

jeudi 5 janvier 2012

Gratuit, le maître du web

Les réflexions autour de l’apparente gratuité des services web tiennent-elles de la prise de conscience réelles ou obéissent-elles à effet de mode rédactionnel auquel je succombe alors également ? Le Framablog nous livre une traduction d’un article <a
title="Le prix à payer de la gratuité de Facebook ? Notre Internet défiguré par la publicité !" href="http://www.framablog.org/index.php/post/2011/12/31/gratuite-publicite-facebook">“Le toujours tout gratuit : quand les pubs Facebook nous dévoilent le triste état de l’Internet”. Dans cet article, l’auteur propose tout simplement que Facebook fasse payer ses utilisateurs, plutôt que de recourir à la publicité.

Comme le dit <a
title="Alexis Kauffmann" href="http://identi.ca/framaka">aKa dans son article : “Raisonnement logique mais complexe voire naïf car la gratuité est devenue plus qu’une (mauvaise) habitude, ce serait presque un dû”. Une affirmation avec laquelle je suis en accord. Mais je la lui renverrais aussi en le questionnant sur l’existence du <a
title="Framapad" href="http://framapad.org/">Framapad et du <a
title="Framadate" href="http://framadate.org/">Framadate ; deux services gratuits offerts par Framasoft.

N’est-ce pas donner de ce point de vue le mauvais exemple ? Plus encore quand on est amené à <a
title="Victime de son succès Framapad en appelle à la communauté" href="http://www.framablog.org/index.php/post/2011/10/19/framapad-a-besoin-de-vous">lancer un appel au secours afin de maintenir le service en état de fonctionnement, ce qui ne donne guère une image plus positive : c’est gratuit et ça marche mal. Mais peut-être le public concerné par ces services est-il à même de l’accepter ?

Pourtant, le principe des sites web payants existe. Certaines exceptions dans le domaine de la presse comme <a
href="http://www.mediapart.fr/">Mediapart ou encore <a
title="Arrêt sur imahe" href="http://www.arretsurimages.net/">Arrêt sur Images semblent démontrer qu’il est possible d’adopter ce modèle. Je passe sur les sites web qui mettent à disposition du contenu pour les plus de 18 ans et qui eux n’ont aucun problème à faire monnayer l’accès à leur contenu.

On trouve aussi des modèles intermédiaires comme “<a
title="Freemium" href="http://fr.wikipedia.org/wiki/Freemium">Freemium“, qui proposent de payer pour ne plus voir de publicités s’afficher, à l’instar de <a
title="Abonnement" href="http://www.pcinpact.com/abonnement">PC-Impact avec son offre Premium. Une façon de ménager la chèvre et le chou.

Le modèle payant existe donc et joue sur la valeur d’usage subjective ou effective du service auquel on veut essayer d’accéder.

<a href="http://philippe.scoffoni.net/wp-content/uploads/2012/01/cheaper.jpg"><img class="alignright" style="margin: 5px; float: right;" title="cheaper" src="http://philippe.scoffoni.net/wp-content/uploads/2012/01/cheaper.jpg" alt="web Humeur Gratuit " width="240" height="159" />Faire payer, c’est s’engager

Donner une raison aux utilisateurs de payer en leur apportant un valeur ajoutée à laquelle ils puissent croire et adhérer, voilà la vraie gageure. Mais si je fais payer pour mon service, je dois m’engager à délivrer ce dernier de la façon la plus efficace et professionnelle qui soit.

La gratuité offre là un avantage non négligeable pour celui qui la propose, celui de ne pas avoir forcément à s’engager sur de quelconques résultats ou moyens et à s’exonérer de toute perte que pourrait subir l’utilisateur.

Ce qui nous amène à l’argument facile souvent opposé au service payant qui veut que de toute façon le payant soit aussi mauvais que le gratuit. Une raison de plus pour ne pas payer. Il est vrai que certains services payants ont l’art de vous faire adopter le gratuit.

Il y a comme un cercle vicieux, la gratuité entrainant toujours plus de gratuité et fermant la porte aux petits qui voudraient concurrencer les gros. Un cercle qui n’est hélas pas durable et dont le web finira par pâtir. Il serait temps de le rompre.

Dois-je donc rendre l’accès à mon site payant ? Je me suis posé la question par pure rhétorique, convaincu que la réponse serait négative, car à ce jour inadaptée à la tenue d’<a
title="Un blog n’est pas une boutique" href="http://blog.tcrouzet.com/2011/12/08/un-blog-n%E2%80%99est-pas-une-boutique/">un site personnel que l’on ne peut transformer en boutique. Il est difficile de <a
title="Toi aussi, fais ton blog et deviens riche" href="http://philippe.scoffoni.net/blog-riche/">devenir riche avec son blog.

Et puis il faut que les biens numériques puissent aussi circuler librement (sans que cela entraîne un coût) tout comme il doit exister un système permettant d’aboutir à un EquiLibre entre les producteurs et les utilisateurs afin de procurer un juste revenu aux premiers.

D’autres modèles sont possibles, <a
title="La Fondation Wikimédia a reçu 20 millions de dollars de dons en 50 jours" href="http://www.zdnet.fr/actualites/la-fondation-wikimedia-a-recu-20-millions-de-dollars-de-dons-en-50-jours-39767000.htm">Wikipédia a bien réussi à collecter 20 millions de dollars en 50 jours. Comme quoi, les utilisateurs peuvent reconnaître la valeur de certains services.

La vie moins chère

N’oublions pas non plus un autre problème : la diminution de la capacité à payer. Le Web s’inscrit dans ce  mouvement consumériste de “la vie moins chère” : le slogan officiel des Supermarchés. Une façon de vivre qui nous est imposée par le système économique actuel privatisant toujours plus la création monétaire au profit de quelques-uns. Pour les autres, il ne restera que le gratuit. Ils ne seront alors plus que des produits de consommation pour multinationales baignant dans une illusion de richesses virtuelles.

Là aussi d’autres modèles sont possibles comme le <a
title="Dividende Universel : un enjeu majeur de société" href="http://blog.rom1v.com/2011/02/dividende-universel-un-enjeu-majeur-de-societe/">dividende universel accompagné d’un <a
title="Appel pour le revenu de vie" href="http://appelpourlerevenudevie.org/">revenue de vie. Mais en attendant, il faut emprunter des <a
title="X-repetita, quel avenir pour le logiciel libre ? Propositions ?" href="http://philippe.scoffoni.net/x-repetita-avenir-pour-logiciel-libre-propositions/">chemins de traverse qui permettront d’envisager leur mise en place ou de s’en approcher davantage.

Crédit Photo <a
title="Attribution License" href="http://creativecommons.org/licenses/by/2.0/">Certains droits réservés par <a
href="http://www.flickr.com/photos/csessums/">cdsessums

- Philippe SCOFFONI