TOOLinux

Le journal du Libre

Les fournisseurs de cloud computing américains sont-ils à proscrire ?

lundi 4 juillet 2011

Si vous comptiez utiliser l’offre de cloud computing de Microsoft, voici une bonne raison pour n’en rien faire :

<p
style="padding-left: 30px;">Gordon Frazer, directeur général de Microsoft Royaume-Uni a publiquement <a
href="http://www.zdnet.com/blog/igeneration/microsoft-admits-patriot-act-can-access-eu-based-cloud-data/11225">admis que les données stockées en Europe dans le cloud, sur des plates-formes américaines, pourraient être, sur demande expresse, transmises aux autorités US dans le cadre du<a
href="http://en.wikipedia.org/wiki/USA_PATRIOT_Act"> USA Patriot Act, Et ce même si elles sont stockées sur des serveurs européens, et concernent des clients européens.

En résumé la portée du Patriot Act est mondiale. De plus dans la dernière révision du Patriot Act datant du 26 mai dernier, le gouvernement américain n’exige même plus la suspicion d’appartenance à un groupe terroriste pour faire l’objet d’une enquête

Espionnage industriel à la clé ?<br />

C’est un point sur lequel bon nombre de sociétés choisissant un fournisseur de service en ligne font l’impasse, mais la localisation géographique de la société a son importance, car de celle-ci dépend la juridiction sous laquelle elle est placée et par conséquent ces obligations légales visà vis des données que vous allez lui confier.

Sans vouloir tomber dans le <a
href="http://fr.wikipedia.org/wiki/Fear,_uncertainty_and_doubt">FUD (Fear Uncertainty and Doubt ou « peur, incertitude et doute », c’est un sacré pavé dans la mare, même s’il n’y a rien de vraiment nouveau dans cette nouvelle.

Toutes les entreprises qui ont choisi d’utiliser les services d’Amazon ou de Google ou de tout autre fournisseur américain (la liste est longue y compris dans le domaine du grand public) doivent se poser clairement la question de la capacité que donne le Patriot Act d’espionner n’importe qui.

Préférer comme toujours les produits locaux

On en revient en informatique comme dans l’alimentation à devoir privilégier quand c’est possible les produits locaux. Rien ne vaut donc un prestataire français ou européen pour assurer un minimum de confidentialité à vos données.

Lisez donc bien les contrats de service, car ils doivent indiquer clairement sous quelle juridiction est placée la société. Une bonne façon de détecter ce type de piège.

Préférer aussi les fournisseurs locaux, c’est participer au développement économique de votre région ou pays.

Philippe SCOFFONI