TOOLinux

Le journal du Libre

Mise à jour de GVFS pour une meilleure prise en charge des smartphones Android

jeudi 7 février 2013

Effectuer une mise à niveau de GVFS permettra à votre appareil sous Android — ainsi que tous vos autres périphériques (appareils photos, baladeurs, appareils portables multimédia…) — d’être mieux reconnu par Ubuntu. Vous serez alors en mesure de transférer des fichiers depuis et vers votre téléphone intelligent à l’aide de votre gestionnaire de fichiers Nautilus ou Thunar, de synchroniser votre médiathèque avec votre lecteur de musique Rhythmbox ou Banshee, et télécharger vos photos depuis et vers votre appareil avec le gestionnaire de photos Shotwell.

/ ! Notez cependant que la version de GVFS proposée ici provient du dépôt personnel (PPA) de Philip Langdale, le développeur du greffon MTP pour GVFS ; bien qu’étant testé, elle pourrait néanmoins rendre votre système instable ou entrer en conflit avec des futures mises à jour d’Ubuntu.

Pour procéder à la mise à jour de GVFS, suivez les instructions suivantes :

  1. Ouvrez un terminal et exécutez les commandes suivantes :
    sudo add-apt-repository ppa:langdalepl/gvfs-mtp
    sudo apt-get update
  2. Ouvrez ensuite le gestionnaire de mises à jour, puis appliquez l’ensemble des mises à jour proposées ;
  3. Enfin, lorsque les mises à jour sont installées, redémarrez votre système.

Une fois la mise à jour complétée, branchez votre téléphone mobile sous Android à votre ordinateur à l’aide de son câble USB. Patientez quelques secondes : rapidement, votre gestionnaire de fichiers s’ouvre et vous affiche le contenu de votre appareil.

Notez que si votre téléphone est verrouillé par un mot de passe, une phrase de passe, un motif, une reconnaissance faciale ou un autre mécanisme de sécurité, vous devrez d’abord le déverrouiller. Un appareil verrouillé apparaîtra comme étant vide dans votre gestionnaire de fichiers.

 

Mais… pourquoi y a-t-il eu un problème de compatibilité ?

La réponse est désormais bien connue. Les problèmes de compatibilité sont dus au changement de protocole de transfert de fichiers survenu au passage à Android 4.0.

Les appareils livrés nativement avec Android 2.x (Gingerbread) utilisaient un protocole de stockage de masse (USB MSC), ce qui permettait au téléphone d’être reconnu comme un disque dur externe ou une clé USB. Ce protocole donne un accès direct à la mémoire de stockage — plus techniquement parlant : un accès direct au système de fichiers du téléphone. Une restriction liée à ce mode d’accès est qu’un seul des appareils peut accéder au système de fichiers à la fois : soit le téléphone, soit l’ordinateur.

Ceci ne posait pas de difficulté avec les appareils livrés avec l’ancienne génération d’Android, car la mémoire des appareils avaient été fractionnée en deux partitions : une partition réservée aux applications et une partition dédiée aux données de l’utilisateur. Ainsi, lorsque l’ordinateur devait accéder aux données du téléphone, Android rendait la partition inaccessible à ce dernier. Un seul appareil accède au système de fichiers à la fois.

Mais ce mode de fonctionnement avait ses limites. En effet, plus les applications pour Android devenaient imposantes, plus on constatait que limiter l’espace réservé aux applications était handicapant. La solution trouvée était de fusionner les partitions d’applications et de données utilisateur : toute la mémoire du téléphone pouvait ainsi être utilisée pour tous les usages. Cependant, puisqu’il n’y avait plus qu’une seule partition, on ne pouvait plus utiliser le protocole de stockage de masse pour le transfert de fichiers.

Entre en jeu le Media Transfer Protocol (MTP). Cet autre protocole de transfert de fichiers fonctionne différemment : plutôt que d’accéder directement au système de fichiers de l’appareil, l’ordinateur communique ses requêtes au système d’exploitation du téléphone, et celui-ci transmet alors les fichiers demandés ou inscrit les fichiers reçus. L’ordinateur ne voit jamais directement la mémoire de stockage de l’appareil mobile ; il ne communique qu’avec l’OS de l’appareil, et c’est ce dernier qui effectue les opérations sur les fichiers.

Tout irait pour le mieux, si ce n’est qu’Ubuntu gère assez mal le protocole MTP…

 

GVFS et les autres méthodes

D’autres solutions existent pour accéder au stockage de l’appareil Android depuis Ubuntu.

Une des solutions populaires est Go-Mtpfs, qui ajoute une pile supplémentaire de prise en charge du protocole MTP. Le désavantage de cette méthode est qu’elle nécessite une intervention manuelle de l’utilisateur avant d’accéder au contenu du téléphone.

D’autres solutions sont l’usage d’applications mobiles telles AirDroid ou, pour les appareils de Samsung, Kies Air. Ces solutions ont l’avantage de ne nécessiter aucun câble USB entre l’appareil et l’ordinateur : tous les transferts s’effectuent par réseau WiFi, à travers un navigateur Web. Cependant, elles peuvent être moins intéressantes lorsque vous vous trouvez sur un réseau non sécurisé ou public.

L’intérêt de GVFS est qu’il s’agit d’une composante de base d’Ubuntu, bien intégrée dans le système. Ainsi, l’appareil mobile est reconnu par le gestionnaire de fichiers, mais aussi les lecteurs de musique Rhythmbox, Banshee, Clementine et Amarok, pour synchroniser sa médiathèque, et le gestionnaire de photos Shotwell, pour synchroniser sa photothèque.

De quoi réconcilier les utilisateurs d’Ubuntu avec le protocole MTP ? Pas si convaincu, mais c’est déjà un net pas en avant vers une meilleure prise en charge de ce protocole.

———-
Source : « Upgrade To Gvfs With MTP Support In Ubuntu 12.10 Or 12.04 To Easily Connect Android 4.0+ Devices », WebUpd8


- Avec Ubuntuser