TOOLinux

Le journal du Libre

Oracle : les entreprises manquent de visibilité sur les talents de leurs employés

jeudi 13 décembre 2012

Intitulé “Comprendre l’impact de la Talent Intelligence : la situation en Europe de l’Ouest,” ce rapport met en évidence les principaux avantages financiers qu’attendent les entreprises en investissant plus dans la Talent Intelligence, à savoir la rentabilité (54%) et des économies sur les coûts de formation (53%).

Les enseignements

95% des entreprises d’Europe de l’Ouest reconnaissent que la Talent Intelligence peut améliorer leur performance et leur réussite financière. Mais un quart seulement (24%) des organisations interrogées se montrent “très satisfaites” de la visibilité dont elles disposent sur les talents de leurs employés, ce qui dénote un écart important entre les aspirations des entreprises et la réalité de leur fonctionnement.

L’étude d’Oracle montre également que les entreprises les plus avancées en matière de données de gestion des talents (les "DPO" ou Data-Proficient Organizations) reconnaissent la valeur des systèmes de Talent Intelligence que celles qui sont en retard sur ce plan (les "DDO" ou Data-Deficient Organizations). 91% des DPO considèrent que les directions des ressources humaines doivent utiliser des indicateurs sur leurs effectifs pour mettre en évidence leur contribution aux objectifs stratégiques de l’entreprise, mais elles ne sont que 70% chez les DDO.

La moitié des DPO considèrent que la fonction RH est un acteur susceptible de contribuer de façon active à la stratégie de l’entreprise, alors qu’un cinquième seulement (19%) des DDO sont d’accord avec cette proposition, ce qui illustre bien comment l’utilisation de données efficaces peut avoir un impact direct et positif sur la stratégie et les objectifs de l’entreprise.

43% des organisations considèrent que le coût représente le principal obstacle à l’adoption de la Talent Intelligence. Mais les avantages potentiels cités par les personnes interrogées, qu’il s’agisse de rentabilité ou d’économies, sont susceptibles d’annuler cet obstacle du coût. Le manque de soutien de la part de la direction (32%) et le manque de compétences analytiques (29%) sont également cités comme obstacles à l’adoption.

Parmi les entreprises interrogées, beaucoup ne mesurent pas toute la valeur de leurs données, la disponibilité de données fiables étant positionnée devant l’importance accordée à ces données. Par exemple, alors que la “qualité de recrutement” est considérée comme une priorité pour développer la performance de l’entreprise, le niveau d’accès à des données fiables (58%) n’est pas très souvent cité comparé à d’autres indicateurs similaires. De même, 43% des entreprises considèrent que la productivité améliore la performance, mais seulement 47% ont accès à cette donnée.

Le suivi des formations requises est considéré comme le facteur le plus important en matière de développement (43%) pour améliorer la performance du personnel, et 59% des personnes interrogées ont accès à cette information. Cette priorité peut s’expliquer autant par des contraintes réglementaires que par les besoins internes de gouvernance.