Toolinux Linto.AI OpenPAAS OBM Hubl.IN Linagora

Top 50 des innovateurs cloud (EMEA)

mardi 17 octobre 2017

Cette étude, élaborée par la plate-forme média pour le leadership HotTopics.ht et sponsorisée par F5 Networks, est la première à être spécifiquement axée sur l’impact professionnel du cloud computing. Tous les résultats ont été publiés il y a quelques jours.

Le classement présente 50 sociétés actives dans un large éventail de secteurs, toutes leaders en matière de cohésion stratégique, d’impact sur le marché, de performance opérationnelle et de valeur globale. Le rapport d’accompagnement contient diverses études de cas sur certains « Cloud Climbers » ainsi que des analyses de tendances.

Secteurs

Le commerce de détail est le mieux représenté avec 12 % des places dans le top 50, suivi des services financiers (8 %), de l’automobile (6 %) et des transports et de la logistique (4 %). Il y a également des marques mondialement connues dans le classement, comme Spotify (pour le développement et l’optimisation continus du service musical), Mercedes F1 (analyse des performances dans le cloud) et Airbus (cloud et apprentissage automatique pour stocker et traiter des centaines de téraoctets d’images satellitaires chaque année).

La liste inclut aussi l’initiative Helix Nubia, une collaboration cloud public-privé entre des fournisseurs informatiques et des centres de recherche (CERN, EMBL, ESA et PIC), qui se concentre sur la recherche du boson de Higgs, la « particule de Dieu » manquante.

Toutes les organisations sont soumises à un processus d’évaluation minutieux, mené par un jury composé de David Linthincum (SVP chez Cloud Technology Partners et récemment nommé le plus important influenceur cloud au monde), Mu Kenny Li (CEO de Cloud Spectator), Rene Buest (Director of Technology chez Arago GMBH) et Roy Illsley (Ovum Principal Analyst).

L’acceptation du cloud explose

Le bureau d’études IDC a calculé qu’au moins la moitié du budget informatique en 2018 sera consacré aux applications cloud, avec 60 % des dépenses en infrastructure informatique et 60 à 70 % de l’ensemble des dépenses en logiciels, services et technologies en 2020.