Toolinux Linto.AI OpenPAAS OBM Hubl.IN Linagora

Quel partenaire pour Corel

mardi 6 février 2001

Très attendue, la position de Corel a été dévoilée quelques jours avant la LinuxExpo par le PDG de l’éditeur canadien, Derek J. Burney, et j’ai eu l’occasion d’interviewer son Vice-Président, René Schmidt, directement sur le Linux Expo. Corel semble en fait aujourd’hui loin de vouloir se séparer définitivement de ses activités Linux. Les dirigeants de la société ont conscience du fort potentiel qui se cache derrière le développement de Linux. C’est pourquoi, les activités autour de leur système d’exploitation Corel Linux OS sera développé dans une nouvelle société pour laquelle un partenaire est aujourd’hui souhaité.

Trois hypothèses fortes

Une première possibilité serait le choix d’un partenaire strictement financier pour ces activités. Cette éventualité est clairement envisageable compte tenu de la croissance du marché linuxien. Mais ce choix aurait le défaut de couper la nouvelle entité du soutient industriel nécessaire auprès de nombreux clients pour développer la société. Il s’agit donc d’une solution acceptable, mais certainement d’une solution de replis, et serait probablement le fait d’un acteur ayant déjà des intérêt dans le milieu Linux en recherche de synergies.

Le second choix, pourrait être celui d’un partenaire déjà présent dans le milieu Linux. Il ne s’agira certainement pas d’un éditeur : Red Hat, SuSE ou Caldera ont tous trois une stratégie bien établie, et n’auraient aucun intérêt à modifier leur offre avec un nouveau produit. Plus probable est certainement l’intervention d’une société de services en logiciels libres en quête de notoriété et d’outils pour s’imposer sur ce marché. Ce ne sera donc pas un leader, mais peut-être un outsider fortuné.

Le dernier cas, qui semble beaucoup plus probable, est celui d’un partenaire éditeur de logiciels, qui trouverait là le moyen d’entrer dans le milieu Linux avec un expertise déjà existante, et donc en limitant les risques.

Pour un nombre limité de candidats

Sun Microsystems serait pour cela un candidat idéal : rachat récent de Cobalt Networks, le rachat plus ancien de Star Division, la concurrence de plus en plus vive de Linux face à Solaris, ... autant de raisons, et bien d’autres encores, de s’impliquer plus dans un tel développement. La décision finale devrait être intéressante.

Liens :*

- Rencontre avec René Schmidt, vice-président de Corel

- Le site officiel de Corel