TOOLinux

Le journal du Libre

Cuba s’est taillé son propre système Linux

vendredi 13 février 2009

Cuba dispose désormais de son système Linux national. La distribution a été présentée lors d’une conférence informatique qui s’est tenue à la Havane sur le thème de la "souveraineté technologique".

La distribution Linux officielle s’appelle Nova : elle serait basée sur Gentoo Linux. Elle vise à terme à remplacer Microsoft Windows sur l’ensemble des ordinateurs de l’île. Objectif : 50 % des ordinateurs de l’île d’ici 5 ans. Ambitieux. Le projet ne dit pas s’il s’agit uniquement de remplacer les systèmes présents sur les ordinateurs des administration ou si les citoyens sont également concernés.

Selon Esteban Israel, Reuters, "le gouvernement considère l’utilisation des systèmes d’exploitation de Microsoft comme une menace potentielle puisqu’il estime que les Etats-Unis, par le biais de leurs agences de sécurité, ont accès aux codes de Microsoft. Par ailleurs, l’embargo américain empêche les Cubains d’obtenir légalement le logiciel Microsoft et ses mises à jour." Pas un mot par contre sur Mac OS X, autre fleuron de l’industrie.

Tout comme la Chine avec Red Flag, Cuba entend réduire sa dépendance aux produits technologiques américains (l’embargo pour argument). S’il est permis de se réjouir qu’un système forcément ouvert soit dans les mains d’un peuple, on peut s’inquiéter des risques de dérives que représente la conception d’un système d’exploitation unique et contrôlé par un Etat. Quid des autres distributions ? L’Etat estime toutefois que la disponibilité du code-source est le meilleur garant contre les codes cachés ou malicieux.

Selon Hector Rodriguez, doyen de l’Ecole du logiciel libre, à l’université des sciences de Cuba, près de 20% des ordinateurs cubains utilisent Linux, les ventes d’ordinateurs au public ayant débuté seulement l’an dernier.
Plusieurs ministères et l’université cubaine avaient adopté Linux, mais l’administration faisait face à une forme de résistance de la part d’entreprises publiques, inquiètes de la compatibilité avec les applications qu’ils utilisent.

Avec Reuters

Messages

  • mouai, autant je me rejouis des initiatives des administrations europeennes comme en france ou en allemagne autant j’ai du mal du mal avec les dictatures et les décisions prises sur fond d’anti-américanisme primaire.
    Le libre ok, mais la liberté avant tout
    Je note aussi qu’il sont équipés windows malgré l’embargo et sont réticent à switcher.
    Tout cela manque de pédagogie et ne présente pas à mes yeux une victoire pour le libre !! qu’en pensez vous ?

  • S’il est encore possible de classer ce projet dans la catégorie du logiciel "open-source", je pense qu’il est ici abusif de parler de logiciel "libre". Cela laisse songeur...

    Quand à l’argument foireux destiné à justifier cette initiative, chacun appréciera. Les agences de sécurité américaine auraient accès au code source de Microsoft. Peut-être. Sans doute, même, puisque l’une de leurs missions consiste à lutter contre l’ingérence étrangère en matière d’intelligence économique.
    Mais elles ont également accès au code source de Linux. Eh oui ! C’est cela, l’open-source.

    L’initiative pourrait sembler heureuse. Elle pourrait même servir d’exemple. Mais la mauvaise foi évidente avec laquelle elle est promue laisse un arrière goût de propagande mal dissimulée. Cela fait longtemps que nos Dr Goebbels occidentaux ont appris à faire preuve de plus d’habileté et de nuance... pour une plus grande efficacité.

  • La propagande pro-américaine primaire contenue dans cette dépêche est digne de la Pravda. Et ça prétend donner des leçons d’indépendance...

    Il y a toujours le même type de reprise pavlovienne du bourrâge de crâne médiatique pour chacune des cibles désignées par Washington : Cuba, Russie, Iran, Chine. Par contre, il n’y aura jamais un tel traitement sur les dictatures alliées des USA (Arabie Saoudite, Tibet, etc.)

  • Non il ne faut pas ... le logiciel libre est lié au développement d’internet et inversement.

    Hors internet n’est pas disponible au commun des cubains (financièrement mais surtout politiquement), le logiciel libre est d’abord libertaire mais n’a jamais voulu être révolutionnaire.

    De ce fait, si les autorités cubaines respectaient le logiciel libre, on pourrait choisir de distribution et surtout surfer librement comme sur les sites des opposants.

    C’est donc juste de la propagande.

  • On se demande pourquoi ils ne se sont pas tout simplement alignés sur les projets vénézueliens ou péruviens.

    Le vénézuela n’a pas jugé nécéssaire de développer sa propre distri Linux. Mais ils ont bien migré une bonne partie de leur informatique en libre.

  • Lorsque l’Union Européenne ou l’Assemblée Nationale fait le choix du logiciel libre pour se débarrasser de l’influence et du manque de transparence de Microsoft et autres, on applaudit. Quand La havane fait le même choix, le septissisme sur les intentions sont de rigueur.
    Tout n’est pas noir à Cuba et tout blanc en Europe, et je propose d’attendre et de voir les résultats que pourront apporter cette décision.

  • "Lorsque l’Union Européenne ou l’Assemblée Nationale fait le choix du logiciel libre pour se débarrasser de l’influence et du manque de transparence de Microsoft et autres, on applaudit."

    Le vieux réflexe français de défense de Cuba :-) !
    Bon, la différence fondamentale entre l’europe et Cuba, c’est qu’ici on peut choisir le logiciel libre de son choix, l’éditeur Linux de son choix. En Iran, en Chine et à Cuba, c’est l’imposition qui est dérangeante. N’en déplaise à l’un des commentaires plus haut. Ce n’est pas être pro-américain que de dire ça, c’est une simple preuve de discernement. Le jour où le Tibet imposera son Linux, on verra bien. En attendant, ce n’est pas à l’ordre du jour.
    Plus globalement, c’est la concurrence libre / propriétaire qui donne un marché trépidant, pas l’imposition d’un système d’exploitation approuvé par les autorités, même si c’est Linux...

  • Très bonne initiative de la part de Cuba.

    Si la France pouvait se doter d’un tel système pour l’administration, se serait une grande avancée en terme d’indépendance technologique.

    Je trouve l’opinion formulée dans cette dépèche hors propos. Si vous devez commencer à parler politique dans les dépèches, il ne faudrait pas parler que de Cuba.
    Le site Toolinux aurait-il une orientation politique dissimulée ?

  • Oui il faut applaudir, pourquoi ne pas le faire. Je suis d’accord avec Fred, le rôle d’un journaliste, même sur le Web est de rester neutre dans son propos, juste rapporter les faits. Et bien évidemment, lorsqu’il s’agit de Cuba, les esprits s’échauffent ... Débranchez la télé une bonne foi pour toute, et si vous pouvez, offrez-vous un voyage à Cuba pour juger par vous même.

    Librement

  • Tout le monde (ou presque) s’emporte en disant qu’il faudrait avant tout avoir le droit de choisir sa distro. Perso, cet article n’est pas suffisamment précis. Je ne vois pas dans la news reuters ou il est indiqué que Nova, la distro roulée a la main sur des cuisses de jeune cubaines était imposée et obligatoire a l’ensemble de la population.

    Moi, ce que j’ai compris (mais je peux comprendre mal hein), c’est que le gouvernement a demandé le dev d’une distribution (la base gentoo a été retenue) pour l’état. Et les différents protagonistes esperent que 50% de l’ensemble du parc de l’ile aura migré sous linux (pas sous nova forcément) d’ici 5 ans.

    D’un coté, on a une distro unifiée pour l’ensemble des ministères et ca ne me semble pas être une mauvaise idée en soit.

    D’autre part, on a un souhait manifeste de Cuba de s’affranchir des logiciels proprietaires, americains, etc. ca se defend et ca ne me semble pas reprehensible non plus.

    Après, la politique du gouvernement cubain dans son ensemble est peut etre critiquable mais c’est un tout autre débat

    la news chez reuters : http://www.reuters.com/article/marketsNews/idINN1137270420090211?rpc=44

    Chag

  • Bonjour,
    je suis un peu troublé à cause de Toolinux, par la prise de position et la façon que vous avez de traiter cette news.
    Information qu’il va falloir que je vérifie moi-même à cause de votre manque d’objectivité à conserver celle-ci en toute impartialité.
    En clair, j’ai perdu du temps à vous lire.
    Toolinux n’est pas un blog, si cela avais été le cas, je pourrais comprendre cette prise de position.
    La France fait de même en adoptant les logiciels libres.
    D’ailleurs, nous parlons de logiciels libres au sens même de ce qu’ils représentent, c’est à dire " liberté " un des piliers de notre communauté.
    Il est vrai que Toolinux est rattaché au groupe Linagora, société vivant, exploitant et faisant la promotions des logiciels au code source ouvert... pas forcément libres.
    Je ne comprend pas ce manque de respect vis à vis des lecteur, par politesse un article se signe avec le nom de l’auteur.
    Cordialement
    Laurent

  • Beaucoup de blabla pour pas grand chose. Je ne trouve aucun parti pris dans cette nouvelle, qui ne fait que poser des questions comme plus haut dit légitimes. J’ai toujours peur des réactions "communautaires", quelles qu’elles soient... On sait que Cuba lance son système Linux, on se demande bien pourquoi un pays s’octroie le droit de "valider" ou non un système Linux. Personne ne réclame la dictature du Libre je pense. On ne peut pas reprocher à Linagora de faire de l’argent avec le Libre, surtout vu le nombre de personnes que cette société emploie à Paris et en province.

  • Bonjour Mr Ludovic ( de l’équipe de Toolinux ?...)

    "Aucun parti pris dans cette nouvelle"...

    Vraiment la mauvaise foi ne vous étouffe pas ou alors vous ne comprenez pas la tournure de ce texte, seriez-vous l’auteur de celui-ci ?

    Ensuite vous dites : "J’ai toujours peur des réactions "communautaires", quelles qu’elles soient... "

    c’est facile à dire, mais n’oubliez pas que c’est grâce entre autre au travail de cette communauté et les outils créer par celle-ci que Toolinux et Linagora font une partie de leurs beurre et vous paye peut être.

    Alors, les réactions sont que vous le vouliez ou pas normales dès l’instant que l’on tape dans le puits commun.

    Le nombre de personnes qu’elle emploie est vraiment le cadet de mes soucis et n’a vraiment pas de valeur à mes yeux, la seule chose d’important est de voir si le travail de celle-ci est mis en GPL et à la disposition de notre communauté.

    J’espère que ce n’est pas qu’un portail informatif, DLFP est pas mal aussi.

    Cordialement

    Martin

  • On était bien mieux sans ces commentaires sur toolinux ! dès qu’on touche à certains sujets, ça s’enflamme ! :-) On se croirait revenu au temps de Panda software... Bah moi non plus je ne vois de parti pris mais je dois être aveugle. J’ai pris connaissance de la dépêche de reuters en français et en anglais et ce n’est pas très clair où qu’on le lise : les développements cubains vont ils être remis en GPL ? Tout comme en Russie et en Chine, on peut voir le problème sous 2 angles. Pourquoi un régime fort décide d’avoir le contrôle sur un système d’exploitation. Ou un régime non aligné a-t-il le droit de se payer son indépendance technologique. Je n’ai aps de réponse à part le wait and see. Leurs attitudes, en Russie comme à Cuba et en Chine sont très loin des idéaux pronés en France lorsqu’on fait passer l’assemblée sous Ubuntu Linux. On n’est plus du tout sur un marché à la concurrence se joue entre libre et propriétaire, mais où on impose tel ou tel système. Je n’aime pas par principe l’imposition.
    Ce qui ne m’empêche pas de préférer Linux et Mac OS X pour mes développements à Windows ou Solaris. J’ai le choix. Je souffrirais de ne pas l’avoir.

  • Pour éviter que les esprits s’échauffent, nous avons modifié le titre de la dépêche - il pouvait traduire une prise de position qui n’est pas la nôtre -d’une part et fermé les commentaires. Les polémiques et attaques ad hominem ne nous semblent pas correspondre à l’esprit dans lequel nous tentons, jour après jour, avec de nombreux contributeurs, d’informer nos lecteurs.

    Pour consulter les contributions de la société Linagora à la communauté, veuillez consulter le site http://linagora.org/

    Cordialement,

    Cédric
    Editeur