TOOLinux

Le journal du Libre

Les rumeurs de vente de Mandriva font la Une

mardi 11 mai 2010

Nous vous l’apprenions dès vendredi soir : ce n’est plus un secret, la situation de l’éditeur Mandriva est critique. Il est aujourd’hui à vendre. Deux sociétés discutent activement avec l’ex-Mandrakesoft. Deux noms sont cités pour la reprise. D’un côté, Lightapps. La société anglaise a "renouvelé son intérêt pour l’acquisition de Mandriva." Mais un autre scénario est également à l’étude, celui d’une reprise par un acteur français de poids dans le secteur, le groupe Linagora.

ZDNet évoque une "fuite sur Internet du procès verbal du dernier conseil d’administration de l’éditeur a mis le feu aux poudres. On y découvre en effet que l’entreprise connaît actuellement de grandes difficultés de trésorerie."
01Net publie un extrait du procès-verbal, datant du 24 mars et publié sur internet, où l’on apprend que « la position de trésorerie étant d’environ 200 000 euros à ce jour alors que des échéances échues et à venir sont à régler, décision a été prise de régler les cotisations Urssaf pour les mois de décembre 2009, janvier et février 2010 (environ 90 000 euros) afin de ne pas invalider le moratoire en cours et se mettre en conformité avec la législation concernant le règlement des parts ouvrières ». Comme le souligne avec peu d’élégance Logiciel.net, le "cadavre encore chaud" emploie "80 personnes et serait valorisé à 2 millions d’euros, avec seulement 3 millions d’utilisateurs dans le monde."

ITEspresso.fr explique que Mandriva a "récemment remodelé son comité de direction opérationnelle : fin mars, Arnaud Laprévote a été nommé directeur général de la société. Il a pris la place de Stanislas Bois qui garde la main sur la direction financière, aux côtés de Hervé Yahi, directeur stratégique de la société. Jusqu’ici, Arnaud Laprévote se concentrait sur ses fonctions de directeur technique et des projets R&D."

Quel bénéfice pourrait tirer Linagora de cette reprise ? Silicon.fr se souvient que la société "avait remporté, à la barbe de Mandriva, le marché de l’Assemblée nationale pour équiper les postes utilisateurs sous... Ubuntu. Linagora pourrait ainsi s’intéresser aux solutions serveurs de Mandriva, telle la Enterprise Server 5 dopé de l’hyperviseur KVM, histoire d’afficher une plus grande indépendance vis-à-vis de Canonical qui soutient le projet Ubuntu."

Certains, comme Globalsecurity.com, titrent déjà "Linagora achète Mandriva". "Rien n’est fait", indique pourtant Programmez.com. Un autre acteur montre un intérêt renforcé pour la société co-fondée par Gaël DUVAL (Ulteo), le britannique Lightapps, "spécialiste du déport d’applications vers tout type de terminaux" comme le précise lemagit.fr.